Question orale sur les conditions d’affectation des élèves dans les écoles

Parents et enseignants s’inquiètent de la manière dont la répartition des élèves est effectuée après leur inscription en mairie. En effet, certaines écoles sont surchargées avec parfois jusqu’à 30 élèves par classe, y compris en maternelle, alors que d’autres écoles proches se voient privées d’élèves.

De telle sorte qu’on pourrait voir coexister classes surchargées et classes fermées. C’est ce qui semble se profiler par exemple à l’école Jean Macé.

En outre, certaines écoles bénéficient d’une garderie sur le temps de midi (de 11 h 30 à 12 h 30) et d’autres non. Ce qui peut aussi influencer le choix des parents. Pour sortir d’un tel service à « deux vitesses », de nouveaux besoins pourraient être examinés à la rentrée. Est-ce envisagé ?

Sur le fond, faute de critères publics et transparents d’affectation des élèves (que seule la sectorisation peut garantir), les interrogations – voir les supputations – vont bon train. Pour permettre de meilleures conditions d’accueil des élèves, au minimum, un travail de concertation avec les directeurs d’école serait plus que souhaitable. Prévoyez-vous d’instaurer une telle concertation qui n’existe pas à ce jour ?

Vœu relatif à la réorganisationdes services de l’État

Le vœu a été adopté, personne ne votant contre

vœu reforme terr

 

 

 

 

 

 

Chiche monsieur le Maire, encore un effort !

democratie-localeOn apprend aujourd’hui, grâce à  l’Écho du jour (page 15) que le maire de Limoges n’exclut pas « de consulter la population pour savoir si elle serait prête à payer un peu plus d’impôts pour financer l’agrandissement du Palais des Sports ». Que voilà une belle et bonne idée !

Et pourquoi pas en faire autant à propos de la LGV Limoges-Poitiers dont on sait qu’elle ne se fera pas, mais pour laquelle la mairie de Limoges continue obstinément de payer des études à fonds perdus. Qu’en penseraient les Limougeaud.e.s si on daignait leur demander leur avis ?  Plus de 550 000 € partis encore en fumée en 2014 (selon le dernier compte administratif de la ville). Et comme si ça ne suffisait pas, la majorité municipale s’apprête encore à faire voter demain au Conseil Municipal une nouvelle délibération pour mettre encore près de 400 000 € dans le gouffre ! Les Limougeaud.e.s préfèreraient-ils payer pour une improbable LGV ou garder leur patrimoine communal, tel le centre de vacances de St-Trojan que la mairie s’apprête à vendre ?

Et elles ne manquent pas les questions qui pourraient être  ainsi directement leur être soumises :

  • Vaut-il mieux dorénavant facturer aux Ehpad municipaux la location et la maintenance des services informatiques de la Ville et voir les tarifs à charge des résidents s’envoler, pour préférer financer la création d’une brigade canine…  ou pas ?
  • Vaut-il mieux économiser moins de 60 000 malheureux euros par la fermeture de la piscine de Beaubreuil l’été, privant ainsi les enfants du quartier de cet équipement et contraignant ceux qui ont encore un peu quelques sous à aller payer 30% de plus à l’Aquapolis, pour préférer financer la vidéo-surveillance dans l’hypercentre-ville… ou pas ?
  • Vaut-il mieux pour la rentrée scolaire de septembre 2015, charger les classes (maternelles et primaires au maximum), en montant à 29-30 élèves par classe afin de faire quelques économies de fonctionnement, pour préférer utiliser ces sommes à activer quelques commerces de l’hyper-centre… ou pas ?

On pourrait allonger la liste des questions de ce type.

On est bien au cœur d’un vrai débat politique, au sens le plus fondamental du terme, bien loin des chicailleries politiciennes et règlements de compte partisans dont on nous abreuve encore beaucoup trop souvent lors de séances du conseil municipal.

Chiche Mr le Maire, pour la consultation des Limougeaud.e.s sur tous les projets qui les concernent !

Pourquoi fermer la piscine de Beaubreuil l’été et les week-ends ?

enLszWbXeQZVzBH-800x450-noPad-2« Je trouve ça dégoûtant de fermer la piscine de Beaubreuil en juillet et août. Et nos enfants où iront-ils ? Tout le monde n’a pas les moyens d’aller à l’Aquapolis et en plus de l’entrée, il faut payer le bus pour y envoyer nos enfants. On n’a pas les mêmes moyens et ceux qui partent pas en vacances, et c’est encore punir la classe moyenne, merci« . Un(e) internaute a bien résumé l’affaire. Alors que pour la majorité municipale, rien n’est trop beau ni trop cher à Limoges pour le sport business, quand il s’agit des loisirs sportifs de tout un  chacun, là, subitement, les caisses sont vides !

  • Les activités nautiques du samedi matin pour les familles à la piscine des Casseaux: terminées !
  • La piscine le samedi matin à prix abordable pour les personnes handicapées: finie aussi ! La seule piscine municipale accessible et adaptée, celle de Beaubreuil, est désormais fermée au public le week-end !
  • La piscine l’été à Beaubreuil pour les enfants du quartier, pour ceux qui ont des cours de natation, pour les familles modestes: de l’histoire ancienne…

La fréquentation de la piscine de Beaubreuil a semble-t-il baissé de moitié depuis le début de l’année 2015, suite à l’ouverture de à 3 km de l’Aquapolis, dont la gestion à été attribuée par Limoges métropole à la société Vert-Marine. Fort bien.

Que peut-on en déduire ? Qu’il reste encore au bas mots 25 000 entrées/an à la piscine de Beaubreuil. Et la comparaison des tarifs d’entrée des 2 équipements est édifiante: une entrée individuelle à l’Aquapolis coûte 30% de plus qu’à la piscine municipale, une carte de 10 entrées coûte 70% plus cher !

Piscine de Beaubreuil :

– Entrée individuelle : 3,20 € (plein tarif). Carte 10 entrées : 20 € (valable 18 mois ).

– Tarif réduit pour les 5-18 ans, étudiants – 25 ans, handicapés, demandeurs d’emploi habitant Limoges : 2,50 € ; abonnement 10 entrées :  10 € –  Gratuit jusqu’à 4 ans.

Aquapolis (exploité en délégation de service public par Vert-Marine) : Résident de Limoges Métropole : Entrée individuelle : 4.40 € – carte de 10 entrées : 35.20 € –  Entrée – 14 ans : 3.30 € – Enfant – 3 ans : gratuit – Carte famille : 22.75 €

Conclusion:

La fermeture de la piscine de Beaubreuil le week-end et l’été pénalise d’abord les plus modestes…  Et tout ça pour quoi ? La piscine de Beaubreuil coûterait cher au vu de la baisse de sa fréquentation: 70 000 € pour l’ensemble des 2 mois de Juillet et Aout. Mais quand il s’agit de financer le CSP,  « claquer » allègrement plus de 1,5 million d’€ par an ne pose aucun problème ! Et la mairie ne lésine pas non plus sur les moyens quand elle fait installer des écrans géants en ville pour des retransmissions  sportives: 100 000 € pour quelques heures, là, ce n’est pas cher du tout ! On le voit bien: évoquer des problème financiers pour fermer Beaubreuil n’est ici qu’un prétexte. De l’argent, il y en a dans les caisses. La seule question est: que décide-t-on d’en faire et sur quelles priorités ?

Ciné-débat à Limoges: La tourmente grecque

– cure d’austérité –  cure d’austérité –  cure d’austérité –  cure d’austérité

A l’initiative d’Attac 87, de la CGT 87,…

Détoxiquez-vous

https://youtu.be/-Lp_XmnoeDA

 La tourmente grecque

Un film de Philippe Menut – 2015

Projection débat au Lido le 18 Juin à 20 h

Menace de fermeture de classe à J. Macé: soutenez les parents d’élèves…

j.maceLes parents de l’école Jean Macé se mobilisent pour refuser une fermeture de classe à la maternelle Jean Macé. Les effectifs sont en baisse, en partie à cause de mauvaises informations au service des inscriptions faisant croire que la maternelle (ou l’élémentaire) est complète.

L’école Descartes est aussi menacée d’une fermeture de classe. Voilà qui malheureusement illustre bien mon intervention sur la carte scolaire, au nom du groupe LTG, lors du Conseil Municipal du moi d’avril 2015: Plus d’enfants par classe à la rentrée 2015: c’est inacceptable !

Un parent d’élève a pris l’initiative de faire signer la lettre  suivante

Aux Parents, Anciens élèves, Habitants du quartier,
A tous ceux qui ont croisé un jour cette belle petite école maternelle de Limoges,
A tous ceux qui croient que 30 petits par classe ce n’est plus l’école de l’égalité des chances,

Un projet de fermeture de classe se prépare sur Jean Macé. Il est encore possible de faire valoir l’intérêt de nos enfants.
Les maitresses ont besoin du soutien de tout le monde pour continuer à faire vivre avec passion ce lieu de découvertes et de socialisation.
Sans cette quatrième classe nous perdrons le temps dédié à la direction et un mi-temps d’ATSEM. Nos enfants seront près de 30 par classe.

Nous ne sommes que quelques uns au départ de cette chaine, mais avec vous, vos amis en faisant suivre ce courriel, puis les amis de vos amis, nous pouvons témoigner à ceux qui décideront de la vitalité de cette école et défendre l’intérêt des enfants.

Merci à chacun et rendez vous ici pour signer, déposer un message de soutien, suivre la mobilisation et être informé des suites…

4 000 à Guéret pour le service public

Belle mobilisation. Nous étions aujourd’hui plus de 4 000 à Guéret pour le service public. Dès ce matin des retrouvailles, des rencontres, des débats… Et cet après-midi un beau cortège, coloré et déterminé pour marteler l’importance du service public pour nos vies: le train, l’hôpital, l’école, la radio publique, l’énergie,… Même  la pluie battante en fin de manif n’a pas pu venir à bout de la détermination des manifestants !

Soutien à la lutte des animatrices et animateurs périscolaires de Limoges

precairesAvec la CGT, les animatrices et animateurs précaires des activités périscolaires de la ville de Limoges étaient aujourd’hui en grève pour dire: STOP à la précarité  !

Lors de leur rassemblement devant la mairie, ce matin, je suis allée avec Gilbert Bernard à leur rencontre pour m’informer de leurs problèmes et revendications: ils et elles sont nombreux(ses) à exercer ces activités depuis de très nombreuses années, toujours en situation précaire, sur des temps partiels contraints. Peu ou pas d’étudiants parmi elles et eux mais de nombreuses femmes, élevant souvent seules leurs enfants. Leurs contrats de travail sont suspendus pendant les grandes vacances: embauché.e.s de septembre à juin (depuis plus de 10 ou 15 ans pour certain.e.s). « Les mois où il y a des vacances scolaires, la paye peut tomber à 350€ » ! Et on apprend aussi pêle-mêle que:

  • le 1er mai ne leur est pas payé;
  • pas de paye non plus lors des grèves dans l’éducation nationale
  • certains financent leur stage de formation de leur poche
  • la médecine du travail est rarement pour eux…

Gros émoi aussi concernant la « réquisition » qui a été faite par le maire, débordant parfois des horaires habituels de travail. Ce n’est certes pas une première, l’équipe municipale précédente en avait aussi usé… mais exceptionnellement.

Et ce n’est pas tout: les procédures légales de réquisition ne semblent pas avoir toujours été respectées, l’ordre de réquisition n’étant pas toujours venu d’un agent assermenté. Plus grave encore: des tentatives d’intimidations. « Pensez-à votre poste » a-t-il ainsi pu être dit à certain.e.s. Certes il s’agit d’ « initiatives » personnelles et individuelles de quelques hiérarchies. En cette mairie où on goûte le rappel à l’ordre, espérons qu’un basique rappel à la Constitution leur évitera la récidive: en France le droit de grève est à valeur constitutionnelle.

Cette situation de précarité structurelle et durable n’est pas acceptable. Il faut engager un plan de déprécarisation et de titularisation des ces personnels qui exercent des activités à l’évidence durables et pérennes.

Limoges, mauvais élève de la carte scolaire !

images-1Les 4 et 5 juin, se tenait à Paris une conférence de comparaison internationale sur les mixités sociale, scolaire et ethnoculturelle.

Cette conférence internationale a alterné, pendant deux jours séances plénières présentant des retours d’expériences à l’étranger et ateliers d’échanges centrés sur le cas français. Lors de l’atelier consacré aux ajustements de la carte scolaire*, le professeur Choukri Ben Ayed** (professeur de sociologie à l’Université de Limoges) a, selon la gazette des communes, « lancé un pavé dans la mare » en affirmant: « Les textes stipulent que la sectorisation est laissée à l’appréciation des municipalités en fonction des intérêts locaux. A Limoges, il n’y a pas de carte scolaire du premier degré, et c’est une catastrophe. Certains établissements comptent jusqu’à 60% d’élèves issus de foyers inactifs, quand d’autres n’en comptent aucun !« 

Ainsi donc voilà que la recherche scientifique conforte les analyses et positions présentées par la liste LTG lors de la campagne des municipales et qu’aujourd’hui le groupe des élu.e.s Limoges Terre de Gauche défend au Conseil municipal ! « Nous donnerons la priorité absolue à la scolarisation élémentaire de proximité et à la mixité sociale. C’est pourquoi, en matière de scolarisation élémentaire, dès la rentrée 2014, nous mettrons fin à la publicité sur le choix de l’école, avec l’application immédiate d’un principe de priorité absolue à la scolarisation de proximité, pour les enfants nouvellement scolarisés. Sur la base d’une carte des écoles de proximité, chaque famille aura la garantie que son enfant pourra être scolarisé dans une école de quartier. Le système sera complété par un dispositif public solide d’accueil et de garde. Dans le même temps, nous continuerons d’exiger l’abolition de la loi Carle, qui organise la mort de l’école publique. » (extrait du programme de LTG)

* Atelier 2 du jeudi 4 juin: « Quels ajustements des cartes scolaires pour favoriser la mixité sociale à l’école ?

** Choukri Ben Ayed vient de publier « La mixité sociale à l’école »  (Armand Colin)

Le 13 juin, manifestation nationale à Guéret pour la reconquête des services publics

gueretgueret2

Load more