Mai 04

Lili déambule dans le quartier Carnot

Chers limougeauds,

Aimez vous, comme Lili, déambuler le samedi au marché Marceau pour acheter des produits bios, du gouda fermier, des dattes moelleuses, de la menthe fraiche, des fruits et légumes à des prix défiant toute concurrence ? N’en déplaise aux chafouins, Lili aime les douceurs orientales !

Aimez vous ce quartier Carnot ? Vous pouvez y acheter des fleurs, du pain, de la viande et mille autres choses qui font la vie quotidienne. On trouve la poste, des banques, des boutiques. Ne parlons pas de celle qui vend des pâtisseries orientales: tu regardes, pan ! un kilo !

Mais dans le « Vivre à Limoges » qui vient de paraitre, aie !!! Selon Limoges bleu marine, les habitants de ce quartier seraient « excédés, terrorisés, traumatisés et désespérés ». La vie au quotidien y serait « un enfer » ! Et bien !!! Pardi ce quartier est populaire. Limoges bleu marine trouve que les gens de condition modeste, c’est sale, c’est mal habillé. Et si en plus ces pauvres sont immigrés alors la c’est le summum… Saleté, mauvaises odeurs peut lire Lili, écœurée. Il y serait même pratiqué « du travail dissimulé » ! Ces accusations sont graves et cela rappelle à Lili ses lectures sur les heures sombres d’avant guerre quand la communauté juive était montrée du doigt.

Puis, elle se demande tout à coup si Limoges Bleu marine n’aurait pas eu vent de l’implantation d’une nouvelle « boutique » au 95 rue Théodore Bac ! Une boutique joyeuse où se réunissent des citoyen-nes qui débattent, font parfois la fête. Des personnes qui voient l’avenir EN COMMUN. EN COMMUN les gens ! Sans ostracisme ni boucs émissaires. N ‘en déplaise au FN, dans ce quartier les gens vont et viennent sans problème. Lili se rend en bus ce soir pour une réunion à 20h dans le quartier, sans crainte.

Chers amis limougeauds, continuez à vivre en paix dans le quartier Carnot et venez tranquillement, comme Lili profiter, des commerces… et du local citoyen !

Mar 23

Le groupe LTG apporte son soutien total à la lutte au CHU de Limoges.

Communiqué de presse
Les élu-es Limoges Terre de Gauche soutiennent totalement le personnel en lutte au CHU de Limoges. Cette lutte pour l’embauche et le recul de la précarité est d’intérêt général. La politique d’austérité maltraite les salariés dégradant du même coup la qualité du service aux usagers, dont au premier rang les limougeaud-es. Il faut entendre, et vite, les salariés et leurs représentants et répondre à leurs revendications en remplaçant les départs en retraite, en recrutant des personnels soignants et des personnels administratifs et techniques, en ouvrant des postes supplémentaires pour la titularisation de salariés précaires.
En tant qu’élus municipaux, nous alertons notamment sur la situation du service incendie. 5 départs d’agents n’y ont pas été remplacés si bien que les normes de sécurité incendie, telles que fixées par la Commission centrale de sécurité, ne sont plus respectées dans le bâtiment Dupuytren. Le recours aux heures supplémentaires pour faire face à cette situation atteint ses limites quand plus de 3 000 heures supplémentaires ont été réalisée en 2016. Il faut régler le problème par l’embauche et non en déshabillant Pierre pour habiller Paul (c’est à dire en redéployant des effectifs d’autres bâtiments). Notre groupe sera très attentif et vigilant sur ce qui constitue un vrai enjeu de sécurité pour les usagers.

Limoges le 22 mars 2017

Mar 22

CHU: Soutien résolu à la lutte

Rencontre ce matin avec les syndicalistes (CGT et Sud) qui ont engagé un grève de la faim au CHU de Limoges.

Et pourquoi une grève de la faim ? Pour simplement obtenir les moyens indispensables pour des conditions de travail dignes et une prise en charge de qualité des usagers du service public. Effarant ! Que des syndicalistes soient poussés à la grève de la faim pour simplement obtenir des conditions de travail décentes alors qu’à l’hôpital comme ailleurs, les directions évoquent en permanence la nécessité du « dialogue social » !

J’ai découvert avec stupéfaction notamment que les normes de sécurité incendie ne sont plus respectées dans le bâtiment Dupuytren. On le sait, le bâtiment est ancien et très haut si bien qui techniquement il ne peut pas être mis aux nouvelles normes matérielles de sécurité. La Commission centrale de sécurité a accepté cette non mise aux normes techniques à condition qu’en contrepartie les effectifs humains soient renforcés et c’est sous cette condition qu’elle a délivré une dérogation.

Or pour cause de conditions de travail dégradées, 5 départs de personnel ont eu lieu, départs non remplacés. Pour faire face, il a été fait recours aux heures supplémentaires: plus de 3 000 HS en 2016 ! C’est devenu intenable… Si bien qu’à présent régulièrement les normes de sécurité incendie telles que fixées par la commission centrale de sécurité en termes d’effectifs ne sont plus respectées.

L’austérité est une véritable gangrène. Il faut en sortir au plus vite… D’autres choix sont possibles. La France Insoumise propose d’en finir avec la tarification à l’acte, d’augmenter la capacité d’accueil des hôpitaux et de recruter des médecins, infirmiers et aide-soignants, et des personnels administratifs et techniques pour faire de l’hôpital public un service de haute qualité médicale et humaine.

Pétition à signer en ligne ici

Mar 19

Lilli malade de son CHU !

Lili est quinquagénaire.

Il lui est prescrit des petits examens « sauve ta vie ». Et Lili de vouloir les passer à l’hôpital par souci de contribuer à faire fonctionner le service public plutôt que d’engraisser les cliniques. A l’hôpital on est patient, à la clinique on est client. Mais, que dire, sinon que notre CHU est malade..
A l’accueil du service, personne pour aiguiller Lili, à l’heure le jour J, vers l’endroit des admissions. Une adorable aide-soignante l’a enfin guidée et elle s’est retrouvée dans une salle d’attente aux wc bouchés.
Des dossiers, faits deux fois, ont été vérifiés et il a été nécessaire à Lili de donner un consentement éclairé sur ce qu’elle allait subir. Lili s’est insurgée: elle était plutôt dans le noir… Le médecin prescripteur de l’examen avait été expéditivement laconique sur le sujet et le fameux consentement éclairé avait été omis du dossier que devait remplir Lili un mois avant. Puis ce fut la chambre. Peinture écaillée, placards aux portes rayées, chambre à deux lits, un wc pour 4. Le choc pour Lili. Elle eut le temps de détailler: entrée à 8h… opérée à 13 h. Le local d’opération est exigu. Les soignants y sont gênés dans leurs mouvements. Merveilleux soignants qui font des miracles dans des conditions de travail indécentes. Lili lors d’une attente couloir a vu le revêtement de mur arraché, les plafonds sales et, se trouvant face au local désinfection, eu particulièrement le temps de détailler l’appareil qui lui était destiné, préparé par un infirmier….

Elle est malade oui… mais de son hôpital et particulièrement de son service gastro-entérologie: jamais refait depuis la construction de l’hôpital en 1974. Le 6ème étage devait il être rapidement caca pour coller avec la spécialité du service ?

L’hôpital ne doit pas être un endroit où l’on fait de l’argent. Le point 65 de l’Avenir en commun, programme de la France Insoumise porté par Jean Luc Mélenchon apporte de réelles avancées en ce sens, particulièrement : « Reconstruire le service public hospitalier, revenir sur la tarification à l’acte, protéger la recherche de la finance« . Les élus locaux qui gèrent le CHU doivent  eux-aussi rendre des comptes.

Lili remercie encore les soignants et vous invite à les rejoindre sur le parvis du CHU mardi 21 mars pour les soutenir dans la grève qu’ils ont entamée. Certains d’entre eux ont démarré une grève de la faim également.

Mar 11

« Nous avons nos 500 parrainages »

Nous avons nos 500 parrainages !

Merci aux élus qui ont défendu la démocratie.
Je me félicite de la diversité des signataires !

Le premier groupe à cette heure, ce sont les sans étiquettes. Viennent ensuite les divers gauche, puis les communistes et le PG, 12 socialistes, 4 EELV et 1 UDI. Cette diversité me convient, et je remercie tout le monde encore une fois.

Jean-Luc Mélenchon

Mar 08

UE: la question n’est déjà plus de savoir s’il faut ou non sortir…

La sortie de l’UE a dans les faits déjà commencé.

La question  pertinente à se poser n’est déjà plus de savoir s’il faut sortir ou non de l’union monétaire et de l’UE : en l’état actuel, celles-ci sont insoutenables. Pour la quasi-totalité des économistes du monde, il a toujours été clair que le monnaie unique européenne ne pourrait pas fonctionner correctement et durablement, aucune des conditions nécessaires au bon fonctionnement d’une zone monétaire n’étant remplies dans le cas de l’euro. Et qu’on le veuille ou non : l’Europe va muter vers autre chose.

La bonne question est donc de savoir comment va-t-on sortir de l’impasse actuelle ? Avec la crise de ces dernières années, les gouvernements prétendument « pro-européens » n’ont pas sauvé la zone euro avec leur fameux « plans de sauvetage ». Ils l’ont massacrée économiquement et, pire encore, humainement, en traitant les Grecs comme des esclaves. La BCE a violé les Traités qui lui interdisent des participer au financement des déficits publics et de la dette publique. C’est en partie pour une bonne cause mais elle l’a fait en gavant inutilement les banquiers. La sortie de l’Union a donc déjà commencé sous la houlette des marchéistes, de la Commission et de la BCE. Et c’est une sortie vers la dictature, d’abord informelle, imposée par la force brute du pouvoir financier mais qui le sera bientôt par un nouveau traité en préparation. La question urgente est donc de savoir comment les pays européens peuvent sortir autrement de cette situation intenable: tout seul chacun de son côté (Brexit), à quelques-uns partageant encore un désir de coopération (Sudexit), tous ensemble dans un nouveau cadre unique ou en articulant divers cercles de coopération (refondation de l’Union) ? Plus vite un pays aura la capacité de mettre fermement ces options sur la table du conseil européen, mieux ce sera pour tout le monde. C’est ce que propose le programme de la France Insoumise et de Jean-Luc Mélenchon: l’Union Européenne: on la change ou on la quitte…

Pour aller plus loin: La  question européenne (université populaire de la FI)

Mar 05

Anomalies multiples au Conseil constitutionnel

Fév 26

La tâche de la FI est de convaincre

Communiqué du 26 février 2017 de Jean-Luc Mélenchon

J’ai rencontré Benoît Hamon vendredi soir. Longuement et sereinement nous avons fait l’examen de la situation. Nous avons fait le tour de nos convergences et de nos divergences.

À cinquante jours du premier tour, il n’est pas possible de régler la différence qui par exemple nous sépare sur la question essentielle de l’Europe.

Je n’ai pas été surpris qu’il me confirme sa candidature et il ne l’a pas été que je lui confirme la mienne. Nous sommes convenus d’un code de respect mutuel dans la campagne.

Plus que jamais, la tâche de la « France insoumise » et de ses alliés est de convaincre cette moitié des Français qui n’a pas encore fait de choix de vote. Dans les cités et les entreprises, à la ville et dans le monde rural, par le débat et la formation mutuelle, faisons de cette élection un moment victorieux de mobilisation et d’adhésion à un projet construit : « L’Avenir en commun ».

Fév 26

Présentation des candidat-es de la FI aux législatives

Fév 04

Le problème, c’est celui de ceux qui se gavent…

Articles plus anciens «