Août 16

Colère, indignation, chagrin.

C’est tombé. Cette lettre du ministère du travail, celle qui arrive en recommandé, qui vous annonce la décision du ministre quant à votre autorisation de licenciement.

ob_192aff_8139897Lili connait ces affres administratives: un employeur qui ne veut pas de syndicaliste et qui fait tout pour vous virer. Puis la convocation devant l’inspecteur du travail qui va statuer sur votre avenir professionnel. La joie d’apprendre que ce même inspecteur vous maintient dans l’emploi car il a compris la hargne du patron. Et vient le recours de l’employeur au ministre du travail. Il faut, bien sûr, attendre des semaines pour savoir. Vivre avec cette épée de Damoclès, pire œuvrer DANS L ENTREPRISE dans ces conditions !
Le jour vient où cette lettre est là; elle porte le cachet du ministère. Il faut l’ouvrir pour savoir. Pour Lili ce fut une joie d’apprendre qu’un ministre (fut il nommé par Nicolas Sarkozy) l’a maintenue dans l’emploi. Elle ne donnait pas cher de sa peau pourtant face à Eric Woerth…
Mais la perfidie, l’inacceptable vient d’une ministre se disant de gauche: elle autorise le licenciement d’un syndicaliste CGT ! En l’occurrence du salarié d’Air France. Pour l’exemple. Pour faire une vacherie à la CGT qui a manifesté contre la loi travail. Il serait coupable d’avoir molesté des DRH. La justice se prononcera en septembre. MAIS LA VRAIE VIOLENCE faite aux salariés, c’est LES LICENCIEMENTS !!! Et pour faire de l’argent.
La justice laisse courir des Balkany, des Bernard Tapie et j’en passe mais on sanctionne lourdement des syndicalistes d’Air France et de Goodyear !!!
Marcherions nous sur la tête ? Est il est plus grave pour ce gouvernement d’arracher une chemise que d’assassiner un jeune militant écologiste à Sivens ?

Aujourd’hui il fait gris dans les yeux et le cœur de Lili qui pense à son camarade et qui, pour finir, vient d’apprendre que la loi travail est parue au journal officiel.

Juil 24

Lili et casse-noisette

Lili habite, dans Limoges, un quartier animé. Elle vit dans un appartement au sein d’une copropriété arborée.

2016-07-05-08-55-01--1986547850Elle rencontre souvent, en se rendant à l’arrêt de bus tout proche, un éclair roux qui va d’arbre en arbre. Elle s’arrête quand elle le voit. Il joue à cache cache. Parfois, il regarde: peut-il sortir de derrière le tronc qui le cache ou de sous la voiture stationnée ?

Depuis quelques temps il traverse tranquillement, trois mètres devant elle. Lui et ses congénères ont compris qu’il n y avait pour eux aucun danger. Lili adore observer ce trapéziste élégant, ce petit être rupestre qui vit en ville. Alors pardi, un jour elle en a vu un écrasé sur la route. Elle les voit aussi jouer près des fils du trolley.

Mais ce qui attire Lili dans cette bestiole hormis son aspect adorable (quoique mordant si l’on s’approche) c’est que, contre vents et marées, il résiste à l’écureuil gris. Cette espèce importée qui détruit l’écureuil roux de nos contrées. Celui-ci pourrait-il nous expliquer son mode de résistance ? C’est sûr, les hommes apprendront peut être de lui.

Notre écureuil roux résiste au gris… américain. Un anti Tafta naturel ! Le libre échange des noisettes et des pommes de pins: ce n’est pas dans son optique.

Et Lili aime son ami roux, joyeux. Elle refuse le gris terne dans son environnement.

Juin 29

Ville et agglo: serez-vous capables de coopérer pour l’intérêt général ?

Dans la République telle qu’elle va aujourd’hui, un maire peut fermer une piscine municipale sans même devoir en informer officiellement au préalable le Conseil municipal, ni a fortiori, en débattre…

Ça urge vraiment de changer cette monarchie républicaine municipale en passant enfin à une 6ème République sociale et démocratique ! Lors du conseil municipal d’hier soir, nous avons donc abordé le sujet dès la première délibération, qui portait sur une modification budgétaire.

enLszWbXeQZVzBH-800x450-noPad-2Nous avons voté contre le budget primitif, nous voterons donc bien sûr contre cette DBM qui en est le prolongement. Concernant l’étude pour la réhabilitation de la caserne Marceau je souhaite savoir s’il est prévu de tenir compte d’une manière ou d’une autre, en les auditionnant par exemple, des propositions citoyennes qui peuvent être faites sur le devenir de la caserne. Je pense par exemple à la démarche participative initié par le Collectif Marceaudacieuse. Mais il peut y en avoir d’autres.

Par ailleurs cette DBM comporte aussi l’attribution d’une subvention de 15 000 € pour l’ aménagement des locaux devant accueillir le centre des affaires du quartier de Beaubreuil, ces 15 000 € étant versés à la ville par la Caisse des Dépôts et Consignations. Opération « neutre » donc pour les finances municipales ce projet s’inscrivant dans le cadre du contrat de VilleContrat de ville que vous avez signé, qui souligne que ce quartier de Beaubreuil attire plus qu’ailleurs des familles couples avec enfants, et qui note aussi l’importance des équipements publics nécessaire à son fonctionnement en citant expressément sa piscine. La ville de Limoges quant à elle s’engageant à développer l’opération « Savoir Nager » au sein des territoires prioritaires, par un programme à la piscine de Beaubreuil.

Or vous avez annoncé, le 6 juin, la fermeture de cette piscine, alors qu’ici même 4 jours auparavant vous nous affirmiez que la question était « hors-sujet » ! Mais passons…

Le 7 octobre 2015, vous signiez donc le contrat de ville dans lequel vous vous engagiez à développer un programme natation à la piscine de Beaubreuil alors qu’en même temps vous prépariez la fermeture de la piscine. Il suffit de consulter le guide « Limoges pratique » publié en janvier dernier, pour s’en convaincre: la piscine de Beaubreuil n’y apparaît déjà plus dans les équipements sportifs municipaux ! Belle conception en actes de la démocratie participative et de la transparence dans l’action municipale…

Nous protestons à nouveau ici contre cette fermeture, décidée sans aucune concertation non seulement avec les élu-es mais aussi avec la population et les enseignants.

Vous dites que l’ouverture en 2015 de l’Aquapolis a fait chuter la fréquentation non seulement de la piscine de Beaubreuil mais aussi celle des autres. Difficile de le contester. Bien que pour Beaubreuil la fermeture l’été et les week-ends ne soit guère de nature à soutenir sa fréquentation ! Mais n’oubliez pas que le besoin d’une piscine ne se juge pas seulement à sa fréquentation publique: les piscines de proximité sont cruciales aussi pour l’enseignement de la natation, à l’école primaire et dans le secondaire.

Le 28 mai dernier vous avez M. le Maire, et à juste titre, interpelé le Président Vandenbroucke en lui disant :« l’Aquapolis met en péril les 4 piscines municipales de Limoges, faute d’une réflexion sur la complémentarité des équipements publics». Et il vous a répondu : « S’il y a des problèmes de piscines à Limoges, on va les traiter, encore faut-il nous le dire ! ».

Il est urgent de passer des déclarations aux actes. Il faut remettre à plat l’ensemble du dossier. Et engager une étude pour la rénovation de la piscine de Beaubreuil s’inscrivant dans une réflexion globale sur le devenir et la complémentarité des équipements publics pour les activités aquatiques d’enseignement et pour des activités aqua-récréatives accessibles à tous. Je rappelle qu’actuellement, compte-tenu de la population de l’agglomération, pour couvrir l’ensemble des besoins (enseignement, sport -valide et handisport-, activités aquarécréatives) il faudrait l’équivalent de 7,3 piscines de 6 lignes d’eau… Il en manque 3 ! La fermeture de Beaubreuil ne pourra qu’aggraver et rendre très difficile la situation pour les scolaires sur toute la ville, le taux d’occupation des piscines étant déjà très élevé !

Nous vous avons proposé ainsi qu’au Président Vandenbroucke d’organiser conjointement et dans les plus brefs délais une réunion en conviant la préfecture et en associant le conseil de quartier et le conseil citoyen de Beaubreuil. Et de surseoir, en attendant à la décision de fermeture de la piscine, et a fortiori de suspendre toute éventuelle décision de sa destruction précipitée.

Nous ne comprendrions pas que vous n’appuyiez pas cette démarche qui vous en conviendrez est parfaitement constructive.

Intervention au CM du 28 juin 2016

Juin 29

A Limoges, l’austérité est très sélective !

Le compte administratif (CA) nous indique comment les deniers publics ont été utilisés par la ville en 2015; on peut comparer avec l’année précédente et avec ce qui était prévu au budget primitif.

150409_pj2xi_france-austerite-affiche_sn635A ce titre il est donc intéressant. Il montre ainsi que face à la baisse des dotations de l’État, l’austérité n’a pas été pour tout le monde !

Vous avez frappé les limougeauds au portefeuille : par la mise à contribution des associations qui doivent dorénavant payer pour tout, par la hausse des tarifs municipaux dans quasiment tous les domaines. Ainsi par exemple, les recettes des activités des services culturels ont augmenté de plus de 140 000 € soit 13%… mais dans le même temps les redevances versées par les divers concessionnaires et fermiers ont baissé elles de 21%.

De nombreuses associations ont vu leur subvention baisser mais la subvention à l’aéroport, elle, a augmenté 190 000 € (+ 15%). La plupart des services municipaux ont connu des baisses substantielles de leurs crédits de fonctionnement. Ainsi les dépenses de la ville pour les fournitures scolaires ont baissé de 6%, celles des musées municipaux de 26%. La BFM a réduit ses achats de documents de 100 000 € soit une amputation de 15%. Décidément on aime la culture à Limoges !

Mais le nettoyage des locaux que vous externalisez de plus en plus sous prétexte d’économie a coûté 20% de plus ! Et plus on externalise, plus on passe de marchés, plus les frais d’annonces et insertions augmentent: plus 25% en un an, pour atteindre près de 370 000 €. Où est l’économie ?

Alors qu’ailleurs on se serrait la ceinture, on a dépensé un peu plus pour les réceptions. Et le budget consacré aux foires et expositions a lui littéralement explosé: il a été multiplié par 2,5 pour atteindre plus de 250 000 €.

Du côté des investissements, pas mieux. Il était prévu de réaliser 378 000 € de travaux pour les locaux associatifs: il attendront; on a en réalisé seulement 20 % soit 76 000 €; par contre on a encore versé près de 500 000 € pour les études d’une LGV qui ne se fera jamais… et heureusement !

Le vote sur le compte administratif n’étant que la retranscription des opérations budgétaires exécutées par la collectivité, et non un vote sur les choix de ce budget, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Intervention au CM du 28 juin 2016

Juin 28

Piscine de Beaubreuil: l’intérêt général doit l’emporter sur la politicaillerie

enLszWbXeQZVzBH-800x450-noPad-2Le 6 Juin, le maire de Limoges annonçait par communiqué de presse la fermeture définitive de la piscine de Beaubreuil à partir du 1et juillet.

Décision prise sans aucune concertation ni avec les élu-es, ni avec les associations locales et la population, ni avec les enseignants pourtant concernés directement et au premier chef. Le motif invoqué: l’ouverture en 2015 de l’Aquapolis, centre de loisir aquarécréatif communautaire (exploité en délégation de service public par une grosse entreprise privée: Vert-marine) a fait chuter la fréquentation des piscines municipales. L’argument n’est pas faux; mais il est très partiel… Trop partiel. Les piscines municipales n’ont pas pour mission unique voire essentielle d’accueillir des usagers individuels pour des loisirs aquarécréatifs. Elles ont aussi et largement pour rôle de permettre l’enseignement de la natation à la fois pour les élèves des écoles primaires et pour ceux du secondaire (lycées et collèges). La fermeture de la piscine de Beaubreuil de ce point de vue serait une véritable catastrophe, non seulement pour la population de ce quartier prioritaire mais aussi pour les élèves de très nombreuses écoles, collèges et lycées. C’est ce qui explique  la réaction du SNEP, exprimant ce que ressentent  de nombreuses équipes de prof d’EPS.

Dans ces conditions, il est de la responsabilité de l’ensemble des collectivités territoriales et instituions concernées d’agir dans l’intérêt général, en remisant pour une fois  leurs bisbilles politiciennes habituelles.

C’est le sens du courrier  que nous avons adressé conjointement au Maire de Limoges et au Président de Limoges métropole. 

courrier piscine

lettre piscine

Juin 17

Du cafouillage dans les fouilles

fouillesJe tiens tout d’abord à dire ici combien nous nous félicitons que le diagnostic soit effectué dans les règles par l’INRAP, et du basculement des fouilles de la place de la République dans le domaine du préventif.

En juin dernier j’avais ici même posé une question à ce sujet; il nous avait été alors répondu que le cas échéant on reviendrait à des fouilles préventives. Nous ne pouvons qu’apprécier ce retour à l’application de la loi. Et cela d’autant plus que le diagnostic comprendra désormais l’ensemble de l’emprise des travaux d’aménagement de la place y compris celle des secteurs 5 et 6 (sous les Galeries Lafayettes) qui de toute évidence avaient été minorés précédemment.

Pour autant, cela n’efface toutes nos questions. Nous souhaitons avoir quelques éclaircissements sur la 1ère phase de fouilles des secteurs 1, 2 et 3 effectuée en 2015. On peut lire dans Vivre à Limoges (septembre 2015) ou voir dans des vidéo présentant l’avancement du chantier, que de nombreux bénévoles y ont travaillé. Or dans le cadre d’un marché commercial effectué par une société privée, le recours à des bénévoles équivaut juridiquement à l’emploi de travailleurs dissimulés. Sur de tels chantiers effectués par une entreprise commerciale, ne peuvent intervenir que des étudiants-stagiaires en archéologie, sous convention de stage et en nombre limité. La mairie, en tant que maître d’œuvre du chantier, a-t-elle bien vérifié que tel était le cas  et que contrairement à ce qu’elle a dit et laissé dire, aucun bénévole n’a travaillé sur ce chantier mais seulement des étudiants-stagiaires ?

Il semble en outre que le recours aux stagiaires ait été particulièrement élevé puisqu’on peut estimer qu’il avoisinerait 45 % des membres de l’équipe. La mairie prend-elle les dispositions nécessaires pour s’assurer que lors des prochaines phases de travaux, de tels abus ne seront plus commis, conformément à la nouvelle législation qui limite à présent à 15% l’emploi des stagiaires sur les chantiers de fouilles ? L’abus du recours à de la main-d’œuvre gratuite ou presque participe d’un dumping social que nous condamnons fermement. A l’heure où de nombreux limougeauds sont mobilisés – et nous saluons ces mobilisations que nous soutenons pleinement – contre une loi qui, selon le professeur J. Mouly (fac de droit de Limoges) « sacrifie le code du travail », il nous semble pour le moins mal venu que des chantiers municipaux participent, même de manière indirecte, à la mise en pièce du code du travail…

Concernant le chantier lui-même, je souhaite savoir si en 2015, des moyens techniques de la mairie ont participé sous une forme ou sous une autre à ce chantier ?

Quant aux prestations prévues pour les fouilles du secteur 4 (à hauteur de Monoprix), le marché s’élève dorénavant à 185 000 € TTC soit environ 845 € le m2; or initialement le marché pour la phase 2 s’élevait à peu près 215 € le m2. Comment s’explique cette hausse brutale du prix des fouilles au m2 ? Il y a certes sans doute des frais fixes beaucoup plus élevés dans la mesure où la surface du chantier a été considérablement réduite mais de là à voir le prix du m2 quasiment quadrupler, il y a de la marge ! Nous souhaitons donc connaître les raisons précises de cette flambée des prix.

Si nous nous interrogeons aujourd’hui sur les conditions d’exécution de la première tranche et sur les prix de la seconde, c’est bien parce que ce marché de près d’1 million d’€, attribué le 2 mars 2015, a été négocié sans publicité ni mise en concurrence. Le recours à l’article 35-II-8 du code des marchés publics nous semble porteur d’un certain nombre d’incertitudes juridiques, d’abord parce que l’attribution du marché a précédé de plus d’un mois la délivrance de l’autorisation de fouille qui justifierait un droit exclusif à la société Eveha, et surtout parce que le principe même de droits exclusifs découlant de cette autorisation administrative ne nous semble pas fondé en droit.

Pour toutes ces raisons nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Intervention au Conseil municipal du 2 juin 2016

Juin 12

Le 5 juin, avec les Insoumis-es 87 à Paris…

J’étais le 5 juin parmi les 10 000 insoumises et insoumis rassemblés à Paris, place de la bataille de Stalingrad.

Nous étions une bonne soixantaine de haut-viennois-es dans un car qui, parti de Saint-Junien dès l’aube, via le stade de Beaublanc (Limoges) et le carrefour de la Croisière, eut bien du mal à gagner la capitale en raison des inondations. Mais insoumis un jour, insoumis toujours…

Et dire qu’il y en a qui racontent que la France insoumise serait l’aventure solitaire d’un homme seul ! Les benêts.

Voyez vous-mêmes  !

  1. Un humoriste insoumis: Gérald Dahan    0′ 01
  2. La batucada insoumise    3′ 55
  3. La jeunesse insoumise : lycéens et étudiants en lutte    8′ 50
  4. Les cheminots insoumis    11′ 59
  5. Les soignant-es insoumis-es    15′ 25
  6. Les métallos insoumis    20′ 00
  7. Les insoumis de l’énergie    23′ 12
  8. Les féministes insoumises   27′ 44
  9. Une comédienne insoumise, Laure Marzougui, lit « Mai 68 », poème de Jacques Prévert    30′ 54
  10. Les militants antifascistes insoumis    32′ 26
  11. Les insoumis pour l’égalité des droits    35′ 46
  12. Les enseignants, parents d’élèves, éducateurs insoumis    39′ 19
  13. Un comédien insoumis, Jacques Weber, lit « Cahier d’un retour au pays natal » d’Aimé Césaire    42′ 57
  14. Les précaires, intermittents, chômeurs insoumis   44′ 38
  15. Les fonctionnaires territoriaux insoumis    49′ 50
  16. Les Taxis ubérisés insoumis    53′ 00
  17. Les insoumis défenseurs de l’écosystème    55′ 42
  18. Une comédienne insoumise, Delphine Lacouque, lit « Venez voir le sang dans les rues » de Pablo Néruda    59′ 40
  19. Les insoumis de l’agriculture: paysans et viticulteurs bio, chercheurs anti-ogm,… 1′ 00′ 39
  20. Les insoumis du monde avec notamment Zoe Kostantopoulou (ancienne présidente du Parlement grec) 1′ 04′ 48
  21. Une comédienne insoumise, Sophie de La Rochefoucauld, dit « le Drapeau « , poème de Pablo Néruda 1′ 08′ 33
  22. Les insoumis contre la finance et les patrons voyous    1′ 10′ 56
  23. Les insoumis d’Air France et de Good-Year    1′ 14′ 15
  24. Un artiste insoumis, Yvan Le Bolloc’h, lit « Ma France » de Jean Ferrat    1′ 18′ 46
  25. Un humoriste insoumis, Gérald Dahan    1′ 19′ 38
  26. Des insoumis militants de partis politiques: communistes, militants d’Ensemble!, de la Nouvelle gauche socialiste, des pgistes…    1′ 22′ 11
  27. Intervention de Jean-Luc Mélenchon    1′ 23′ 30

Juin 12

La passion du foot… et du code du travail !

9-avril-2016Je dois l’avouer : je ne suis pas une passionnée du foot… surtout du foot business ! Le foot business, c’est l’inhumain d’abord:  en l’espace d’à peine trente ans, le foot est devenu une activité des plus dérégulées de la planète.

Le système est à présent corrompu jusqu’à la moelle. La FIFA, qui était  à l’origine une petite association au service du football, – de par son statut, elle était à but non lucratif- est devenue aujourd’hui une multinationale !

Mais le foot ce n’est pas que cela ! « Le foot est historiquement un sport populaire et aujourd’hui, avec l’aggravation de la ségrégation urbaine/sociale et la paupérisation matérielle des banlieues, un sport pratiqué de plus en plus par les « jeunes de banlieue » » explique Stéphane Beaud. Et le foot est finalement un formidable révélateur des tensions profondes qui traversent la société.

Ainsi, depuis plus de deux mois, la mobilisation pour imposer le retrait de la « Loi Travail » se maintient et s’enracine. Le gouvernement, le Médef et tous les médiacrates nous abreuvent de propos haineux contre le mouvement social et singulièrement contre la CGT et son secrétaire général qui gâcheraient la « belle fête » que serait l’euro, et mettrait en péril la sacro-sainte « attractivité de la France ». Au-delà des scènes de guérilla urbaine entre supporters à Marseille et ailleurs qui disent tout ce qu’il convient de penser de ces poncifs éculés à la gloire du foot-business, il est une autre information, bien intéressante, qui étrangement (!) est passée complètement sous les radars des médiacrates de tous poils: l’euro ne serait-il pas un laboratoire de mise en œuvre de la loi travail avant même son adoption  ?

Ainsi on apprend par les inspecteurs du travail CGT que :

  • la SAS UEFA 2016, société à but très lucratif créée pour l’occasion, a obtenu une exonération fiscale sur les retombées attendues de la compétition, retombées estimées à près de 2 milliards d’euros (droits télévision, billetterie, merchandising). Seule la TVA (payée elle par les consommateurs) sera récupérée.
  • l’UEFA n’aura pourtant pas déboursé un centime pour la rénovation ou la construction des stades, des parkings, des routes… payés par les collectivités locales, la plupart du temps au moyen du partenariat public/privé permettant aux multinationales du BTP de s’en mettre plein les poches au passage. La SAS UEFA a même obtenue une compétence déléguée pour les stades, les camps de bases ainsi que les hôtels des équipes, assumant ainsi une « mission de service public » !
  • Quant au ministère du travail et de l’emploi, il déploie des trésors d’imagination pour éviter de trop laisser entrer le code du travail dans les stades ou les fans-zone, quitte à s’asseoir sur la convention 81 de l’OIT, « par exception aux règles habituelles » au nom de l’état d’urgence et de la « mission de service public » que rendraient les organisateurs de l’Euro :
    – accès aux stades et aux fan-zones rendu particulièrement difficile pour l’inspection du travail
    – vade-mecum de contrôle recommandant de prévenir à l’avance les organisateurs d’éventuels contrôles…
    – contacts pris entre la DGT et l’UEFA pour que le droit du travail suisse s’applique en matière de compensation aux dépassements de la durée du travail ;
    – à Lyon, dispenses d’autorisation de travail pour les ressortissants étrangers accrédités ou désignés par l’UEFA (joueurs, officiels, représentants des sponsors, journalistes, personnes impliquées dans le déroulement de l’euro) et même délivrance d’une carte de séjour temporaire pour les personnes qui séjourneraient plus de 6 mois en France… Pourquoi pas pour tous les travailleurs sans-papiers diront et les migrants, pourrait-on ajouter ????
    – création d’une association de « volontaires » bénévoles (domiciliée au siège de la FFF !) pour éviter à l’UEFA de recourir à des salariés…
    – des équipes de contrôle seront par contre seront constituées contre les auteurs de « marketing parasitaire » (produits contrefaits type écharpes ou t-shirts ; revendeurs de billets ; vendeurs ambulants de nourriture et boisson), constituées de salariés de l’UEFA, accompagnés de « volontaires » ; l’UEFA demandant à la DGCCRF de « patrouiller ensemble » !!!

« L’euro 2016, c’est un peu comme si la loi El Khomri s’appliquait avant l’heure: un droit du travail à la carte, avec des règles au rabais, négociable par tractations avec la DGT, et avec des risques de contrôle et de sanctions très amoindries. Raison de plus pour se batte pour son retrait, surtout pendant l’Euro ! » conclut à juste titre le syndicat.

Et on pourrait ajouter: qui défend vraiment la passion du foot et le vivre ensemble ? D’où vient la violence ? Certainement pas de celles et ceux qui se battent contre cette loi travail, pour le respect du code du travail… jusque dans les compétitions sportives !

Et vive tous les Insoumis qui se battent contre la loi de la jungle: au travail, sur les stades et partout  !

Juin 09

Lili fait des maths… à la piscine de Beaubreuil !

Photo: L. Vigier

Photo: L. Vigier

Renard argenté, offusqué comme Lili de la fermeture de cette piscine municipale, endroit de détente pour les habitants de ce quartier, a quantifié la différence de coût pour, par exemple, une adolescente.

La jeune Mélina qui sait nager va avoir ses 14 ans début juillet. Elle vit avec ses frères et sœurs dans un petit appartement et adore aller à la piscine avec ses copines. Petit moment entre ados sans trop s’éloigner du quartier. Ses parents qui, eux, ne savent pas nager et dont les revenus sont modestes, lui ont promis de lui payer la piscine à BEAUBREUIL une fois par semaine jusqu’à sa majorité.

1°) Comme il n’y a aucun bus direct pour aller se baigner dans une autre piscine municipale, combien va coûter en plus, bus compris, le fait de devoir aller nager à l’Aquapolis qui est dorénavant la piscine la plus proche de chez elle ?

Dépenses à BEAUBREUIL restée ouverte toute l’année :
• Carte PVC Code barre 1 €
• 10 bains (enfant de 4-18 ans habitant Limoges) 10 €
• Nombre de baignades: 52 baignades  / an x 4 ans (18 ans – 14 ans) = 208 baignades
• Nombres d’abonnements de 10 bains à acheter : 208 baignades /10 baignades par abonnement = 20.8 abonnements soit 21 abonnements
Coût : 10 € l’abonnement x 21 + 1€ (frais pour la carte) soit 211 €

Dépenses pour aller à l’Aquapolis :
• Abonnement 20.10 €
• Abonnement heures creuses 10.35 € (10h-12h ou 14h-16h les L, Ma, J et V:  ne convient pas en période scolaire)
• Entrée piscine: 4.40   (Entrée -14 ans: 3.30;  Enfant -3 ans: gratuit)
• Carte 10 entrées (valable 6 mois): 35.50
• Carte famille (50% de réduction sur l’entrée): 22.95
• Entrée carte famille 2.20  (Entrée -14 ans carte famille 1.65)
Tarif bus stcl : 10.10 € pour 10 voyages
• Nombre de baignades : 52 baignades  /an x 4 ans (18 ans – 14 ans) = 208 baignades
• Nombres d’abonnement de 10 bains et de cartes de bus à acheter : 208 baignades / 10 baignades par abonnement = 20.8 abonnements soit 21 abonnements
• Cout sans carte famille: (35.50 € + (10.10 € x 2)) x 21 soit 1 169,70 €
• Cout avec carte famille : (22.95 € x 8) + (2.20 € x 208) + (10.10 x 2 x 21) soit 1 036,12 €

Dépense supplémentaire : 825,12 € (1 036.12 – 211).

Les parents de Mélina devront donc dépenser 5 fois plus !

2°) Au bout de combien de baignades Mélina restera-t-elle à sec, puisque que ses parents ne peuvent pas payer près d’un mois de SMIC net (1 144 € – la mutuelle) pour la piscine de leur fille ?

• Estimation avec 2 cartes familles : 22.95 € x 2= 45,90 €
Il reste au budget 211 – 45.90 = 165.10 €
165.10 / (2.2+ 2.02 de bus) = 39,12 soit seulement 39 baignades soit environ 9 mois
• Estimation sans carte famille : 211 € / ((35.50 € + (10.10 € x 2))/10) = 37.88 baignades (solution moins intéressante)

Pour les cracks en maths: essayer de trouver moins cher tout en rejetant toutes les solutions consistant à sauter le portillon et/ou à frauder le bus !

A n’en pas douter, habitants de Beaubreuil, surtout si l’on est jeune, Monsieur le maire sait nous rendre la vie plus difficile. Et Monsieur le président de l’agglomération avec sa piscine gérée par une société privée ne fait pas mieux.

Merci pour Mélina et les autres, Messieurs.

Mai 14

Défilé de la France insoumise à Paris, le 5 juin

Le 5 juin, la France insoumise défilera à Paris.

Un car haut-viennois est organisé pour l’occasion. J’en serai.

Voir ci-dessous toutes les informations pratiques: quand ? où ? comment s’inscrire et/ou soutenir ?

5 juin 1

5 juin 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles plus anciens «