Oct 08

Question orale sur le compteur Linky

Question orale posée par le groupe Limoges Terre de Gauche sur les compteurs Linky

Dans le courant du mois de juin, il nous a été proposé, ainsi qu’à des associations représentant les consommateurs, la protection des données publiques, mais aussi les habitant.e.s de Limoges au travers des conseils citoyens, de participer à une réunion de concertation, semblait-il préalable à la création d’un groupe de travail sur le déploiement à venir des compteurs Linky sur le territoire communal.

Pour mémoire, les compteurs Linky, dits « intelligents » sont des appareils connectés mis en place par Enedis (ex ERDF), pour effectuer le relevé de la consommation électrique des logements.

Ces compteurs font l’objet de questionnements et de doutes quant à de très nombreux aspects. Santé tout d’abord, protection des libertés individuelles ensuite.

La présentation qui nous a été faite par Enedis, ne permettait pas d’aborder dans le fonds ces questions, mais il semblait évident que nous aurions pu le faire lors de nouvelles réunions de travail, voire, de concertations avec la population.

Or, mais est-ce vraiment une surprise, nous sommes aujourd’hui presque devant le fait accompli !

A ce jour, aucune nouvelle réunion d’une commission quelconque n’est prévue, aucune réunion publique contradictoire avec les habitant.e.s n’est fixée.

Bien sûr, Enedis s’est engagé à informer la population, au porte-à-porte, en commençant même par les quartiers prioritaires de notre ville, mais aussi en faisant appel à des associations d’insertion ! Quoi de mieux pour calmer les esprits qui pourraient s’échauffer, que de donner une patine sociale à une action qui n’est pas très transparente !

Car en effet, la pause des compteurs dits intelligents, qu’ils soient appelés Linky pour l’électricité ou Gaz’pard pour le gaz est présentée partout comme nécessaire, obligatoire, et surtout, sans danger, sans permettre à toutes et tous de se positionner en toute connaissance de cause.

De nombreuses villes ont déposé des motions, voté des délibérations pour questionner ce déploiement ou s’y opposer, et nous pensions que cette réunion de présentation allait donner lieu à d’autres rencontres permettant à notre conseil municipal, après recueil de l’avis de la population, de se positionner.

Nous rappelons aux limougeaudes et limougeauds que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les compteurs électriques sont la propriété des communes, et que nous avons donc notre mot à dire sur ce sujet !

Nous vous posons donc, M. le Maire, les questions suivantes sur le déploiement prévu de ces compteurs dits-intelligents sur notre ville :

– Dans votre courrier en date du 4 avril 2017 nous informant de la création d’un groupe de travail, vous faites mention de « la stricte application de la loi de transition énergétique d’août 2017 » qui imposerait l’installation de ces équipements par Enedis. Pouvez-vous nous indiquer précisément, les passages de cette loi y faisant référence ?

– Quelles informations sont-elles ou vont-elles être diffusées sur le déploiement des compteurs Linky par notre municipalité (comme cela a été signalé lors de la réunion de présentation) et prendront-elles en compte des points de vue différents de celui d’Enedis, ce qui serait une garantie du respect d’une information démocratique ?

– Des réunions de concertations avec les habitant.e.s sont-elles programmées ou envisagées pour informer collectivement de la main-mise totale d’Enedis sur les données de consommations individuelles d’énergie électrique et des éventuelles dérives que cela entraînerait ?

– Compte tenu des décisions prises par de nombreuses municipalités, et puisque de l’aveu même des dirigeants d’Enedis, ils ne peuvent pas imposer la pose de Linky aux propriétaires privés ou publics, la ville de Limoges se positionnera-t-elle sur cette question pour garantir le droit de ceux-ci à un choix éclairé ?

Nous précisons à l’ensemble de nos concitoyennes et concitoyens que nous avons délibérément choisi de ne pas rentrer dans les détails techniques liés à la santé ou au contrôle d’Enedis sur les données de chaque consommateur, en espérant un positionnement clair de la Mairie sur la mise en place de concertations réellement démocratiques sur ces questions.

Question orale du groupe LTG au conseil municipal du 30 septembre 2017

Oct 04

GM&S Égletons: communiqué du groupe LTG

Communiqué de presse du Groupe Limoges Terre de Gauche

Aujourd’hui encore la méthode de « dialogue » prônée par le Président Macron a montré une fois de plus ses limites. En lieu et place de la rencontre qu’ils/elles souhaitaient avoir avec lui, les salarié.e.s de GM&S et des élu.e.s de la République ont été « accueilli.e.s » à Egletons non seulement par les forces de l’ordre, mais aussi par des gaz lacrymogènes. Bel exemple de démocratie !

Le Groupe Limoges-Terre de Gauche tient à exprimer toute sa colère quant à ces méthodes et apporte tout son soutien aux salarié.e.s et élu.e.s victimes de ces agissements.

Limoges le 4 Octobre 2017

Oct 03

Pause pipi à Limoges ? Pas sans le sou !

Tribune du groupe LTG dans le Vivre à Limoges (VAL) n° 120 – octobre 2017

Sep 24

Comptage(s)…

Un salut et grand merci à Guy dont le trait tape toujours dans le mille !

 

 

 

 

 

 

Sep 03

La Bastide: où sont les emplois pour les jeunes ?

Tribune du groupe LTG dans le Vivre à Limoges (VAL) n° 119 – septembre 2017

Pour aller plus loin:  Les propositions de la France Insoumise : « L’emploi pour tous »

Juil 18

Éradiquer les marchands de sommeil

Tribune du groupe LTG dans le Vivre à Limoges (VAL) n° 118 – juillet-août 2017

Pour aller plus loin:  Les propositions de la France Insoumise pour un logement universel et durable

Juil 02

Compte administratif: des priorités politiques bien révélatrices…

Le compte administratif nous indique comment les deniers publics ont été utilisés par la Ville en 2016; à ce titre il pourrait être intéressant. Sauf que, une fois de plus, la présentation en a été modifiée rendant bien difficile les comparaisons et l’analyse.

Ainsi par exemple, effet du hasard sans doute, envolé le tableau récapitulant la répartition et l’évolution des grands postes des subventions aux associations ! On notera cependant que la contribution obligatoire aux écoles privées a augmenté de 31% tandis que la subvention à la Caisse des écoles restait inchangée, et que hors Opéra, les subventions aux associations ont chuté de plus d’un million d’euros, alors même que la subvention à l’aéroport de Limoges Bellegarde a atteint plus d’1,5 million d’€, en hausse de 300 000 € en 2 ans.

Encore et toujours vous avez aussi frappé les limougeaud.e.s au portefeuille. Ainsi entre autres, ils ont payé 310 000 € de plus pour le stationnement, 213 000 € de plus pour accéder aux services sociaux municipaux (crèche, etc…), 66 000 € pour utiliser les salles municipales…

Alors même que la plupart des services municipaux ont à nouveau enregistré des baisses substantielles de leurs crédits de fonctionnement. Ainsi les dépenses de la ville pour les fournitures scolaires ont une nouvelle fois baissé; la BFM a encore et toujours réduit ses achats de documents les amputant en 2 ans de plus 185 000 € soit plus de 25%  ! Décidément on aime la culture à Limoges. On l’aime tellement que l’activité de nos Musées municipaux ne relève plus désormais des activités et pratiques culturelles à favoriser pour les limougeauds mais… du patrimoine à valoriser ! Tout un symbole.

Mais reconnaissons-le, tout le monde n’a pas été au régime sec ! Cette année encore on a dépensé plus, beaucoup plus pour les fêtes et cérémonies: près 750 000 € soit + 30%. Quant aux foires et expositions c’est carrément Byzance: 410 000 € pour l’année, soit une hausse de 63% en un an après un doublement enregistré en 2015. Là point d’austérité ni de « chasse aux coûts » ! Mais il y a encore mieux, les charges générales en dépenses d’études et de recherche ont augmenté de + 72 %. Pour faire quoi ? Ça on ne nous le dit pas !!!

Quant aux investissements, atteignant 22 M€, ils sont en baisse de 1,5 M€ (hors stade de Beaublanc). L’investissement a baissé notamment en matière d’espaces verts, de crèches et garderies, d’offre culturelle, et surtout de PRU.

Nous notons avec satisfaction l’arrêt des financements pour les études de la LGV. 500 000 € d’économies: c’est l’équivalent de 7 années de fonctionnement de la piscine de Beaubreuil, piscine que vous avez détruite et qui pourtant aurait été si utile en cette période de canicule ! Manifestement donc le projet LGV est enfin enterré. Mais cette ligne fantôme aura couté 2 Millions d’€ à la ville !

Le vote sur le compte administratif n’étant que la retranscription des opérations budgétaires exécutées par la collectivité, et non un vote sur les choix de ce budget, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Intervention à la séance du Conseil municipal du 28 juin 2017

Juil 01

Maison du Peuple: pour un traitement équitable des organisations syndicales

La façade classée de la Maison du Peuple, de type Arts déco: à noter le T en pierre symbole du Travail; les L en fer forgé symbole de Limoges, et inversés symboles du T de Travail

Inscrite à l’inventaire des Monuments historiques, la Maison du peuple est un bâtiment municipal emblématique de l’histoire ouvrière, sociale et associative de notre ville. Depuis son inauguration en 1936, elle héberge l’UD CGT 87. Elle a aussi de longue date abrité des activités associatives et municipales.

La municipalité souhaite à juste titre régulariser juridiquement les conditions d’hébergement de la CGT. Exigence que ne conteste d’ailleurs nullement cette organisation syndicale. Où le bât blesse manifestement c’est sur la méthode employée puisque vous prétendez soit imposer le paiement d’un loyer à la seule CGT, soit lui faire supporter l’ensemble des coûts exorbitants d’entretien par bail emphythéotique, alors que le bâtiment est ouvert au public, et abrite aussi des associations et salles municipales.

Le syndicalisme a une mission d’intérêt général rappelé par un rapport de l’IGAS de mai 2013 : les organisations syndicales doivent donc pouvoir disposer des moyens matériels de l’exercer. Les règles et conditions d’hébergement par la collectivité devraient selon nous être transparentes pour les citoyens et garantir l’égalité et la justice de traitement entre les différentes organisations syndicales. De même le tissu associatif doit être préservé et ses moyens au service du lien social renforcés.

Quant à la méthode pour y parvenir, elle devrait faire prévaloir la discussion. A l’inverse d’une telle démarche de concertation commune et transparente avec toutes les organisations syndicales, vous avez opté pour la méthode forte en déménageant le 20 juin avec force démonstration de rue les seaux, balais et personnels dédiés à l’entretien des locaux et à l’accueil du public de la Maison du peuple. Comme le souligne le rapport de l’IGAS, il vous serait possible de solliciter la médiation du préfet pour trouver une solution équitable dans la concertation !

Mais pourquoi la municipalité refuse-t-elle obstinément de procéder par une démarche commune avec toutes les organisations syndicales ? Pourquoi refuser une procédure garantissant le traitement équitable entre organisations syndicales ?

Intervention à la séance du Conseil municipal du 28 juin 2017

 

Mai 04

Lili déambule dans le quartier Carnot

Chers limougeauds,

Aimez vous, comme Lili, déambuler le samedi au marché Marceau pour acheter des produits bios, du gouda fermier, des dattes moelleuses, de la menthe fraiche, des fruits et légumes à des prix défiant toute concurrence ? N’en déplaise aux chafouins, Lili aime les douceurs orientales !

Aimez vous ce quartier Carnot ? Vous pouvez y acheter des fleurs, du pain, de la viande et mille autres choses qui font la vie quotidienne. On trouve la poste, des banques, des boutiques. Ne parlons pas de celle qui vend des pâtisseries orientales: tu regardes, pan ! un kilo !

Mais dans le « Vivre à Limoges » qui vient de paraitre, aie !!! Selon Limoges bleu marine, les habitants de ce quartier seraient « excédés, terrorisés, traumatisés et désespérés ». La vie au quotidien y serait « un enfer » ! Et bien !!! Pardi ce quartier est populaire. Limoges bleu marine trouve que les gens de condition modeste, c’est sale, c’est mal habillé. Et si en plus ces pauvres sont immigrés alors la c’est le summum… Saleté, mauvaises odeurs peut lire Lili, écœurée. Il y serait même pratiqué « du travail dissimulé » ! Ces accusations sont graves et cela rappelle à Lili ses lectures sur les heures sombres d’avant guerre quand la communauté juive était montrée du doigt.

Puis, elle se demande tout à coup si Limoges Bleu marine n’aurait pas eu vent de l’implantation d’une nouvelle « boutique » au 95 rue Théodore Bac ! Une boutique joyeuse où se réunissent des citoyen-nes qui débattent, font parfois la fête. Des personnes qui voient l’avenir EN COMMUN. EN COMMUN les gens ! Sans ostracisme ni boucs émissaires. N ‘en déplaise au FN, dans ce quartier les gens vont et viennent sans problème. Lili se rend en bus ce soir pour une réunion à 20h dans le quartier, sans crainte.

Chers amis limougeauds, continuez à vivre en paix dans le quartier Carnot et venez tranquillement, comme Lili profiter, des commerces… et du local citoyen !

Avr 20

Soutien au CHU

Terrible paradoxe au CHU de Limoges. Des agents, par leur grève de la faim, n’ont pas hésité à mettre leur santé en péril pour défendre la qualité du service public de santé ! Le très large soutien qu’ils ont reçu des usagers sur site lui-même, ou par voie de pétition (7 000 signatures recueillies) témoigne de l’attachement de la population, notamment des limougeauds et des limougeaudes à la qualité de son service public hospitalier. Grâce à cette mobilisation, 31 équivalents temps plein vont être recrutés, et 20% des contractuels vont pouvoir sortir de la précarité. Cette victoire est un premier pas pour remettre de l’humain au cœur de l’hôpital public et en faire un service de haute qualité médicale et humaine.

Le conseil municipal de Limoges réuni en séance le jeudi 6 avril 2017

– salue cette action d’intérêt général pour des conditions de travail dignes et une prise en charge de qualité des usagers
– souhaite que le conseil de surveillance du CHU veille à la bonne application des avancées obtenues et amplifie cette logique de meilleure prise en compte des besoins humains
– demande à l’État et à l’ARS d’en finir avec le rationnement des moyens humains au CHU de Limoges.

Intervention au Conseil Municipal du 6 avril 2017

 

Load more