Un conseil municipal long et « musclé » !

imagesJeudi soir donc se tenait le dernier conseil municipal avant la pause d’été, avec un ordre du jour chargé. Nous avons commencé à 19 h et terminé à 23 h. Mais heureusement, il y avait des ami.e.s dans le public !

Nous avions préparé ce Conseil municipal par une réunion préalable, avec notamment nos camarades de Maison Terre de Gauche. Nos prises de position sont donc le fruit d’une réflexion collective, associant celles et ceux qui sont intéressés. Et mes interventions sont travaillées de manière largement collégiale, ce qui me donne plus de « punch » pour les soutenir en séance…

La séance s’est ouverte sur les deux questions orales et le vœu déposés par notre groupe.

– A notre question sur l’affectation des élèves par classe il n’a pas été répondu à la demande d’une concertation entre la mairie et les directeurs d’école; par contre pour la garderie de midi, les besoins pourront être évalués à la rentrée sous réserve de 8 inscrits; quant à la sectorisation, un « travail de concertation est engagé avec l’Inspection Académique ». A suivre donc…

– Concernant notre seconde question sur le chantier des fouilles de la Place de la République, si les conditions précises de l’attribution de la campagne 2015 des fouilles programmés n’ont pas été éclaircies, par contre il a été indiqué  d’une part que la mairie n’avait pas reçu d’information de la Drac car elle n’avait pas à en recevoir (!), et d’autre part pour ce qui est de l’aménagement de la Place de la République, la procédure d’archéologie préventive serait bien suivie.

– Enfin sur notre vœu relatif à la réorganisation des services de l’État, le Maire s’en est tiré par une de ces pirouettes politiciennes dont il est coutumier, annonçant que la majorité municipale ne prendrait pas part au vote au motif que « dans chacune des manifestations où j’ai été amené à rencontrer le Président de la République ou le Préfet préfigurateur, j’ai demandé personnellement que soient maintenues un certain nombre de directions dans la ville de Limoges. Donc je ne peux pas revoter quelque chose où l’action est déjà accomplie » ! Chacun appréciera. No comment…

Au cours de ce Conseil, nous avons aussi appris par la voix de Mr Guérin, 1er adjoint :

– que les personnels précaires des activités périscolaires en lutte contre la précarité ont été entendus et que « la DRH s’est engagée à trouver pour eux une solution pérenne d’ici la fin de l’année« 

– que « dans la région, la LGV est défendue, à tous les niveaux, par tous les exécutifs (PS ou de droite, à l’exception de la position fluctuante du CD de la Creuse)« . Et c’est vrai. Incontestablement. De tous les groupes siégeant au conseil municipal (majorité ou opposition) nous sommes bien le seul opposé à la LGV. D’où il ressort que si les citoyens veulent arrêter cet engrenage infernal, qui d’ores et déjà plombe toutes les finances des collectivités locales dans la région, ils n’ont pas d’autre possibilité que de changer au plus vite ces majorités ! En votant dès les prochaines élections régionales pour des listes qui s’engagent clairement à mettre fin à cette gabegie. Ce qui est d’ailleurs à portée de mains.  Mr Guérin a en effet reconnu que la LGV ne se fera peut-être pas: « Je n’en sais rien, ce n’est pas un des projets LGV les mieux partis de France, mais je ne voudrais pas qu’à cause d’oiseaux de mauvais augure elle ne se fasse pas« . Nous avons pris pour nous, les 3 élus LTG, ce qu’on pourrait malicieusement qualifier d’hommage du vice à la vertu ! Mais alors pourquoi s’obstiner à mettre encore et toujours la main à la poche en votant une nouvelle enveloppe pour des études LGV

Sur la question de la LGV, répondant à Gilbert qui évoquait la capacité d’Alstom de fournir un nouveau matériel très performant, capable de mettre Limoges à 2h30 de Paris, le Maire s’est livré à une violente et indigne attaque contre le POLT.  « Est-ce que la question de Brétigny a été envisagée par ceux qui soutiennent le POLT ? Brétigny c’est de sinistre mémoire, et vous pensez qu’on peut faire passer par un goulot d’étranglement un train qui viendra régulièrement ? Ce n’est techniquement pas possible. Et tous les ingénieurs un peu intelligents le savent.  »

Quelle ne fut pas alors ma surprise d’entendre Mme Beaubatie nous dire qu’il n’y aurait rien de pire que « d’opposer la LGV et le POLT« . On croit rêver ! Comment peut-on en même temps voter à Paris -en tant que députée il est vrai- l’austérité budgétaire à tous les étages et venir à Limoges, en tant que conseillère municipale cette fois, nous dire doctement qu’il ne faut pas opposer la LGV et le POLT. Et donc que l’État payera le tout ! C’est ce type même de grand écart insupportable que « vomissent » de plus en plus les citoyens. Quand ces élu.e.s vont ils/elles enfin le comprendre  ?

Puis, répondant à une question de Gilbert, le Maire a confirmé que la police municipale serait prochainement armée notamment d’armes létales…ce qui n’est pas du tout fait pour nous rassurer. Nous sommes résolument opposés à cette mesure.

Bonne nouvelle par contre: nous avons appris que le centre de vacances de Saint-Trojan n’est plus à vendre et que son taux de remplissage pour la saison 2015 sera très satisfaisant. On ne peut que s’en réjouir.

Enfin, évoquer la question des dépassements d’honoraires chez les médecins met manifestement notre maire en transe ! De même que défendre l’impôt républicain progressif contre le mécénat pour financer les politiques publiques !

Là je dois dire que je me suis bien amusée de voir comment la droite limougeaude (toutes composantes confondues) a réagit exactement de la même manière que la majorité d’A. Hidalgo à la mairie de Paris quand ma camarade Danielle Simonnet avait fait la même intervention sur le même sujet  !

Prochain Conseil: en principe fin septembre…

Arrêtez l’enfumage du « y a pas d’sous ! »

Source: robin.lapin.org

Source: robin.lapin.org

En retraçant l’ensemble des recettes et des dépenses effectivement réalisées au cours de l’année, le compte administratif nous indique comment les deniers publics ont été utilisés en 2014. A ce titre il est donc particulièrement intéressant. Il permet en principe de d’apprécier l’évolution de l’action municipale globalement et aussi par grands domaines: éducation, culture, sports…

Cette année cet exercice est cependant quasiment impossible du fait de la réorganisation des services municipaux. Nous sommes passés d’un CA 2013 présenté en 14 grands secteurs d’action municipale à un CA 2014 présentés en 7 grands pôles…

Mais le CA permet aussi de comparer les réalisations aux prévisions. De ce point de vue aussi il est très intéressant. En matière de fonctionnement, en 2014, le taux d’exécution a été proche de 95%: autant dire que les dépenses prévues ont été réalisées. Par contre, en investissement, il n’a été que de 48% contre 64% en 2013. On peut certes admettre qu’il y a l’effet du renouvellement électoral mais quand même: moins de la moitié des investissements prévus ont été effectivement réalisés…

Ce taux peut même descendre beaucoup plus bas: par exemple il est de 10% pour les études LGV. On ne saurait que s’en réjouir. Mais cela soulève quelques interrogations.
• Vous avez  cette année dépensé encore 560 000 € pour des études, en pure perte. G. Bernard le montrera tout à l’heure: cette LGV ne se fera pas…
• Mais vous aviez prévu pour 2014 plus de 5 millions d’€ de crédits pour l’ensemble des études LGV. Et vous en aviez trouvé le financement. Donc 4,5 millions n’ont pas été dépensés en 2014 bien que budgétés. Voilà donc bien de quoi largement à la fois garder Saint-Trojan, la piscine de Beaubreuil ouverte cet été, les 4 maternelles à J. Macé, la gratuité du périscolaire et de la BFM…

Il est donc grand temps d’arrêter l’enfumage du « y a pas d’sous ». Des sous, oui il y en a, toute la question étant de savoir : comment et à quoi les utilise-t-on ? Au niveau municipal aussi, une autre politique est possible. Vous choisissez de privilégier les uns (utilisateurs intensifs d’une LGV imaginaire) aux dépens des autres. Les parents et les utilisateurs de piscine l’été – pour ne citer qu’eux – sauront s’en souvenir…

Intervention au Conseil Municipal du 25 juin 2015

Une belle occasion manquée !

anticorNous nous abstiendrons sur cette délibération.

Comme chacun le sait ici, notre groupe est signataire de la Charte Anticor et sur le fond nous sommes tout à fait favorables à la création de la Commission éthique et transparence… Mais il y a un mais ! Pourquoi la majorité municipale par ailleurs si soucieuse d’afficher son attachement au respect des règles, n’a-t-elle pas pour elle-même, le même degré d’exigence ?

En effet les modalités de désignation des membres de la commission ne sont pas conformes au Règlement Intérieur du Conseil Municipal. Selon l’article 8, « la Commission… est composée à parité d’élu-es et de citoyens non élu-es, désignés selon des modalités qui garantissent leur indépendance à l’égard des élu-es. ». Ce n’est manifestement pas le cas, puisque les citoyens non élus ont été désignés par les élus !

Il aurait été pourtant parfaitement possible de respecter la règle que le Conseil s’est lui-même donnée. Encore aurait-il fallu le vouloir. En procédant par exemple par tirage au sort auprès de citoyens volontaires. Le nombre des limougeaudes et limougeauds qui ont été candidats pour participer aux conseils de quartiers montre bien la forte attente des citoyens de notre ville pour être plus étroitement associés aux affaires de leur Cité. Belle occasion manquée !

Intervention au Conseil Municipal du 25 juin 2015

Un pôle de santé bien peu engagé

imagesCAHCUWOBOn nous demande aujourd’hui de céder à un prix très avantageux (avec décote de 30 % par rapport à l’estimation des domaines) un terrain municipal à Beaublanc pour y réaliser un « pôle de santé ».

Sous ce vocable à la mode, il semble s’agir d’un projet de maison médicale regroupant dans une SCM divers professionnels de santé libéraux. Il est certain que « l’offre de soins », si l’on ose employer cette terminologie marchande, a quelques difficultés à répondre aux besoins sociaux de manière satisfaisante, même dans une ville universitaire comme Limoges. Il est donc pertinent de s’y intéresser.
Nous savons bien que les politiques de santé, depuis des années, se préoccupent surtout de rendre solvable le marché des assurances santés complémentaires aux dépens d’une couverture égalitaire par la sécurité sociale. Les dépassements d’honoraires comme les renoncements ou les reports de soins se portent malheureusement très bien, même à Limoges.

Dans la mesure où la collectivité consent des conditions très avantageuses pour les professionnels, nous pensons qu’elle est en droit de leur demander des contreparties. Or la délibération ne prévoit aucune clause en ce sens. Rien: aucun engagement ne semble demandé aux professionnels de santé :

  • ni engagement sur le projet dans la durée,
  • ni engagement sur le mixte des spécialités souhaitables
  • ni engagement à pratiquer le tiers payant
  • ni engagement à pratiquer exclusivement en secteur 1, sans dépassement d’honoraires

Il y aurait pourtant là un levier à portée de l’action municipale afin d’agir concrètement pour l’ amélioration si nécessaire des conditions d’accès aux soins pour tous dans notre ville.

On pourrait nous objecter que ce seront des professionnels libéraux, libres de leurs pratiques au sein d’une SCM. Et qu’en outre « deux lots » pour deux professionnels seront rétrocédées à la municipalité. Et bien, précisément, les engagements pourraient au moins, dans un premier temps, s’exercer au niveau de ces deux lots.

Faute de garanties en ce sens, nous nous abstiendrons donc sur cette délibération.

Intervention au Conseil Municipal du 25 Juin 2015

« A votre bon cœur, les riches ! »

Unknown-2Avec cette délibération, vous nous ramenez dans la Rome antique de Caius Cilnius Mæcenas, ou au mécénat des princesses médiévales. Quelle modernité !

Vous qui n’hésitiez pas il y a un an à stigmatiser la mendicité et les pauvres, vous voici amené à présent à faire la manche en quémandant la bienveillante générosité des plus fortunés.  « A votre bon cœur, les riches ! » On en appelle à votre obole pour financer les travaux de rénovation de notre Hôtel de ville.
Et c’est une belle aubaine, puisque les sommes seront déduites de vos impôts ! Au vu des dispositions fiscales, on peut en effet mesurer combien le mécénat n’est pas qu’affaire de contribution désintéressée ! La loi Aillagon de 2003 accorde 60 % de déductibilité fiscale aux dons effectués pour le mécénat d’entreprise. Et la loi Tepa de N. Sarkozy a augmenté la déductibilité de l’I.S.F. des dons.
Logique absurde: face aux baisses des dotations imposées par l’État, vous vous en remettez au développement du mécénat. Mais l’argent qui sera accordé par les mécènes, amoureux de Limoges, riches particuliers et grosses entreprises, fera l’objet d’une défiscalisation qui contribuera en retour à appauvrir l’Etat. Il faudra donc recourir encore plus au mécénat, car l’Etat appauvri justifiera de nouvelles baisses de dotations.
Non, le mécénat n’est pas la solution. C’est par l’impôt, et notamment l’impôt progressif sur les revenus, l’impôt sur le patrimoine et la rente, l’impôt qui devrait taxer plus le capital que le travail, que nous devons financer nos actions publiques qui relèvent de l’intérêt général, social et écologique ! L’impôt, c’est une des bases de la République… et en principe aussi des républicains !
En conclusion, je vous fais cadeau mes cher-e-s collègues de cette citation de Robespierre: “En matière de contributions publiques, est-il un principe plus évidemment puisé dans la nature des choses et dans l’éternelle justice, que celui qui impose aux citoyens l’obligation de contribuer aux dépenses publiques, progressivement, selon l’étendue de leur fortune, c’est-à-dire, selon les avantages qu’ils retirent de la société  »
Vous comprendrez donc pourquoi nous ne voterons pas cette délibération sur laquelle nous nous abstiendrons.

Intervention au Conseil Municipal du 25 juin 2015

Question orale relative au chantier des fouilles archéologiques sur la place de la République

Une polémique autour des fouilles de la Place de la République et de la rue Saint martial a vu le jour récemment par voie de presse. Sans préjuger du bien fondé des allégations des uns et des autres, et à la lecture de ce qui est paru dans la presse, nous demandons des réponses aux questions suivantes, que les limougeauds sont légitimement en droit de se poser, comme nous.

1. Alors que la Mairie avait un projet d’aménagement de la Place de la République connu de tous, puisqu’il était une des propositions phare de votre programme, pourquoi les sondages réalisés par la société Eveha en 2014 n’ont-ils pas été réalisés dans le cadre des procédures d’archéologie préventive, puisqu’il existe une procédure spécifique de demande anticipée de diagnostic, y compris pour des projets non finalisés ?

2. Suite aux sondages de 2014, le ministère de la Culture (sous-direction de l’archéologie) a indiqué par courriel du 25 juillet 2014 à la DRAC que « s’il advenait par la suite qu’un projet d’aménagement soit conduit par la ville à cet emplacement, il est bien évident que la procédure d’archéologie préventive serait suivie ».  En avez-vous été informé par la DRAC ?

3. A supposer même qu’on soit dans le cadre de fouilles programmées, vous justifiez dans votre communiqué du 15 juin 2015 le droit d’exclusivité accordé à la société Eveha par le fait que : « les fouilles doivent être réalisées par celui qui a demandé et obtenu l’autorisation de les entreprendre et sous sa responsabilité » en l’occurrence Monsieur Xavier Lhermite.

L’autorisation de fouilles ayant été donnée par la DRAC le 22 mai, à quelle date postérieure au 22 mai 2015 le marché des fouilles 2015  a-t-il été confié à la société Eveha ?

Si ce marché a été antérieur au 22 mai, et donc à l’autorisation de fouilles accordée à Monsieur Lhermite, pourquoi n’y a-t-il pas eu d’appel d’offres et de mise en concurrence avec d’autres opérateurs publics ou privés ?

4. Le syndicat CNT-CCS a déposé une saisine auprès du ministère de la Culture le 3 mai 2015 qui a enclenché une expertise administrative. En avez-vous été informés ?

On peut légitimement se poser la question puisque manifestement, la société Eveha, elle, en a été avisée. Elle a en effet, été reçue au ministère, selon les propos de Julien Denis, patron d’Eveha, rapportés par le Populaire du 13 juin dernier. Dans ces conditions, sachant qu’une hypothèque planait sur l’opération, pourquoi n’avez-vous pas attendu la conclusion de l’expertise prévue le 15 juin pour couper les platanes, préparer le chantier à la société Eveha qui a engagé les travaux le 13 juin ?

Question orale sur les conditions d’affectation des élèves dans les écoles

Parents et enseignants s’inquiètent de la manière dont la répartition des élèves est effectuée après leur inscription en mairie. En effet, certaines écoles sont surchargées avec parfois jusqu’à 30 élèves par classe, y compris en maternelle, alors que d’autres écoles proches se voient privées d’élèves.

De telle sorte qu’on pourrait voir coexister classes surchargées et classes fermées. C’est ce qui semble se profiler par exemple à l’école Jean Macé.

En outre, certaines écoles bénéficient d’une garderie sur le temps de midi (de 11 h 30 à 12 h 30) et d’autres non. Ce qui peut aussi influencer le choix des parents. Pour sortir d’un tel service à « deux vitesses », de nouveaux besoins pourraient être examinés à la rentrée. Est-ce envisagé ?

Sur le fond, faute de critères publics et transparents d’affectation des élèves (que seule la sectorisation peut garantir), les interrogations – voir les supputations – vont bon train. Pour permettre de meilleures conditions d’accueil des élèves, au minimum, un travail de concertation avec les directeurs d’école serait plus que souhaitable. Prévoyez-vous d’instaurer une telle concertation qui n’existe pas à ce jour ?

Vœu relatif à la réorganisationdes services de l’État

Le vœu a été adopté, personne ne votant contre

vœu reforme terr

 

 

 

 

 

 

Chiche monsieur le Maire, encore un effort !

democratie-localeOn apprend aujourd’hui, grâce à  l’Écho du jour (page 15) que le maire de Limoges n’exclut pas « de consulter la population pour savoir si elle serait prête à payer un peu plus d’impôts pour financer l’agrandissement du Palais des Sports ». Que voilà une belle et bonne idée !

Et pourquoi pas en faire autant à propos de la LGV Limoges-Poitiers dont on sait qu’elle ne se fera pas, mais pour laquelle la mairie de Limoges continue obstinément de payer des études à fonds perdus. Qu’en penseraient les Limougeaud.e.s si on daignait leur demander leur avis ?  Plus de 550 000 € partis encore en fumée en 2014 (selon le dernier compte administratif de la ville). Et comme si ça ne suffisait pas, la majorité municipale s’apprête encore à faire voter demain au Conseil Municipal une nouvelle délibération pour mettre encore près de 400 000 € dans le gouffre ! Les Limougeaud.e.s préfèreraient-ils payer pour une improbable LGV ou garder leur patrimoine communal, tel le centre de vacances de St-Trojan que la mairie s’apprête à vendre ?

Et elles ne manquent pas les questions qui pourraient être  ainsi directement leur être soumises :

  • Vaut-il mieux dorénavant facturer aux Ehpad municipaux la location et la maintenance des services informatiques de la Ville et voir les tarifs à charge des résidents s’envoler, pour préférer financer la création d’une brigade canine…  ou pas ?
  • Vaut-il mieux économiser moins de 60 000 malheureux euros par la fermeture de la piscine de Beaubreuil l’été, privant ainsi les enfants du quartier de cet équipement et contraignant ceux qui ont encore un peu quelques sous à aller payer 30% de plus à l’Aquapolis, pour préférer financer la vidéo-surveillance dans l’hypercentre-ville… ou pas ?
  • Vaut-il mieux pour la rentrée scolaire de septembre 2015, charger les classes (maternelles et primaires au maximum), en montant à 29-30 élèves par classe afin de faire quelques économies de fonctionnement, pour préférer utiliser ces sommes à activer quelques commerces de l’hyper-centre… ou pas ?

On pourrait allonger la liste des questions de ce type.

On est bien au cœur d’un vrai débat politique, au sens le plus fondamental du terme, bien loin des chicailleries politiciennes et règlements de compte partisans dont on nous abreuve encore beaucoup trop souvent lors de séances du conseil municipal.

Chiche Mr le Maire, pour la consultation des Limougeaud.e.s sur tous les projets qui les concernent !

Pourquoi fermer la piscine de Beaubreuil l’été et les week-ends ?

enLszWbXeQZVzBH-800x450-noPad-2« Je trouve ça dégoûtant de fermer la piscine de Beaubreuil en juillet et août. Et nos enfants où iront-ils ? Tout le monde n’a pas les moyens d’aller à l’Aquapolis et en plus de l’entrée, il faut payer le bus pour y envoyer nos enfants. On n’a pas les mêmes moyens et ceux qui partent pas en vacances, et c’est encore punir la classe moyenne, merci« . Un(e) internaute a bien résumé l’affaire. Alors que pour la majorité municipale, rien n’est trop beau ni trop cher à Limoges pour le sport business, quand il s’agit des loisirs sportifs de tout un  chacun, là, subitement, les caisses sont vides !

  • Les activités nautiques du samedi matin pour les familles à la piscine des Casseaux: terminées !
  • La piscine le samedi matin à prix abordable pour les personnes handicapées: finie aussi ! La seule piscine municipale accessible et adaptée, celle de Beaubreuil, est désormais fermée au public le week-end !
  • La piscine l’été à Beaubreuil pour les enfants du quartier, pour ceux qui ont des cours de natation, pour les familles modestes: de l’histoire ancienne…

La fréquentation de la piscine de Beaubreuil a semble-t-il baissé de moitié depuis le début de l’année 2015, suite à l’ouverture de à 3 km de l’Aquapolis, dont la gestion à été attribuée par Limoges métropole à la société Vert-Marine. Fort bien.

Que peut-on en déduire ? Qu’il reste encore au bas mots 25 000 entrées/an à la piscine de Beaubreuil. Et la comparaison des tarifs d’entrée des 2 équipements est édifiante: une entrée individuelle à l’Aquapolis coûte 30% de plus qu’à la piscine municipale, une carte de 10 entrées coûte 70% plus cher !

Piscine de Beaubreuil :

– Entrée individuelle : 3,20 € (plein tarif). Carte 10 entrées : 20 € (valable 18 mois ).

– Tarif réduit pour les 5-18 ans, étudiants – 25 ans, handicapés, demandeurs d’emploi habitant Limoges : 2,50 € ; abonnement 10 entrées :  10 € –  Gratuit jusqu’à 4 ans.

Aquapolis (exploité en délégation de service public par Vert-Marine) : Résident de Limoges Métropole : Entrée individuelle : 4.40 € – carte de 10 entrées : 35.20 € –  Entrée – 14 ans : 3.30 € – Enfant – 3 ans : gratuit – Carte famille : 22.75 €

Conclusion:

La fermeture de la piscine de Beaubreuil le week-end et l’été pénalise d’abord les plus modestes…  Et tout ça pour quoi ? La piscine de Beaubreuil coûterait cher au vu de la baisse de sa fréquentation: 70 000 € pour l’ensemble des 2 mois de Juillet et Aout. Mais quand il s’agit de financer le CSP,  « claquer » allègrement plus de 1,5 million d’€ par an ne pose aucun problème ! Et la mairie ne lésine pas non plus sur les moyens quand elle fait installer des écrans géants en ville pour des retransmissions  sportives: 100 000 € pour quelques heures, là, ce n’est pas cher du tout ! On le voit bien: évoquer des problème financiers pour fermer Beaubreuil n’est ici qu’un prétexte. De l’argent, il y en a dans les caisses. La seule question est: que décide-t-on d’en faire et sur quelles priorités ?

Load more