Une dernière bière avant l’effondrement…

Belle rencontre entre Pablo Servigne et François Ruffin !

« P. S. : Le 1er déclic: un principe du vivant c’est que ce sont les plus coopératifs  qui survivent, pas forcément les plus forts.
Le 2ème déclic:  dans le monde vivant, l’entraide est partout. Et il y a plein de manières de s’entraider.             Le 3ème déclic: l’entraide émerge dans les milieux hostiles. Dans le monde vivant, en milieu hostile, celui qui meure le premier est celui qui se la joue égoïste; celui qui survit, c’est le plus coopératif.…

F. R. : Le problème que je vois dans ton bouquin, c’est qu’à  un moment, tu as comme une élimination du politique, en particulier de la lutte des classes…

P. S. : Tout à fait d’accord… La question suivante,  la plus importante, c’est la politique de l’effondrement. Le rationnement, c’est un des piliers d’une politique de l’effondrement. Le rationnement, c’est limiter les ultra-riches et donner le minimum aux pauvres; ça crée un sentiment d’équité dans un contexte de limitation; c’est extrêmement bénéfique… Je pense que c’est une voie à creuser »

Ça risque « piquer » un peu ça: par exemple, rationner tout le monde en carburant (les ultra-riches comme les pauvres ) plutôt que taxer ? La taxation est pourtant réputée très « écolo »: elle exonère le kérosène, saigne les plus modestes -souvent sans alternative à la voiture- tout en permettant à ceux qui ont de très gros moyens, de continuer une prédation environnementale sans limite…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.