Belle participation limousine aux AMfiS

De Haute-vienne, de Creuse, de Corrèze… belle participation limousine aux AMfiS 2018 de la FI à Marseille !

 

 

Ateliers et formations de grande qualité.  Quel régal, cet exposé de Raymond Avrillier, (adjoint honoraire ua maire de Grenoble) sur  « Les droits et les devoirs des élu·e·s majoritaires et minoritaires« . Celui qui provoqua la mise en examen en 1994 d’Alain Carignon (alors maire RPR de Grenoble et Ministre de la communication du Gouvernement Balladur), et qui révéla l’affaire des sondages de l’Élysée sous la présidence Sarkozy a rappelé qu’être élu.e. dans un conseil municipal, c’est exercer une fonction publique qui nécessite un engagement individuel, un engagement collectif, des convictions, des compétences et des capacités à prendre des responsabilités. (Compétences veut dire ici tenir compte des compétences de chacun-e, qui sont extrêmement diverses).  » L’action collective d’un groupe d’élu-es,  impose autonomie et partenariat, action personnelle et action collective, action dans les institutions et relation avec le mouvement et la population. L’élu-e n’est plus seulement elle ou lui; il est un membre de l’assemblée délibérante; il est un représent de la collectivité et un porteur des idées de son mouvement. Si l’on veut une image, l’élu-e porte avec lui une charge collective et il est un-e porte-parole de la population : l’élu-e a un sac-à-dos et un haut-parleur. Il ne peut se contenter d’incantation ! Elle, il, doit décider en connaissance de cause, dans le cadre des textes législatifs et réglementaires fixant le fonctionnement des institutions. »

Régal aussi cet atelier concocté par l’association LESA : et oui, on peut à l’échelle d’une commune, construire nos écoles, nos logements sans faire appel aux entreprises du CAC 40, aux banques et à la culture de la finance ! Il faut construire en paille, en terre crue… De plus en plus de collectivités s’y emploient. C’est bon pour l’environnement, c’est bon pour l’emploi local… Alors, pourquoi pas à Limoges ?

Avec Paul Ariès nous nous sommes demandés : « Faut-il en tant qu’élu.e se positionner sur les questions sportives » ? Où le retour sur l’histoire nous rappelle fort opportunément que le sport n’a pas toujours existé, que le sport n’est pas seulement une activité physique; qui dit sport dit compétition … Il y a aussi des sports non compétitifs, c’est à dire sans classement. « Quand on organisait des matchs de foot sur les hauts plateaux andins, on jouait jusqu’à ce que les deux équipes soient à égalité » !

Et puis,  la conférence de Gilles Clément. Moment rare, moment privilégié. Sacré voyage offert par le jardinier planétaire creusois !

Impossible de tout résumer. Bien d’autres ateliers et conférences, moments de convivialité, de retrouvailles aussi… C’est aussi ça les AMfiS de la FI.

(2 commentaires)

    • lauret carole on 28 août 2018 at 9 h 59 min
    • Répondre

    J’aurais pas dit mieux ! et au delà de la construction il y a l’autonomie en ressource , alimentaire et en énergie. Aujourd’hui plein de cas concrets existent et fonctionnent très bien, plus de contrat EDF, plus de contrat pour l’eau (privé ou public), et puis avec la permaculture du local, du bon, du beau, du sain et du rendement!!

    1. Tout à fait d’accord. Et sur l’autonomie alimentaire, on pourrait très bien penser à une reconquête foncière par la Ville qui permette aussi de la déminéraliser (de manière participative) pour un reconquête de terres maraîchères urbaines bio, exploitées par de petits exploitants (indépendants ou en groupements) et/ou une régie municipale maraîchère qui alimenterait la restauration collective (cantines scolaires, ehpad, etc…). Ce serait bon pour l’environnement, pour la santé, pour l’emploi… Et on pourrait effectivement multiplier les domaines et les exemples…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.