Pas vu à la télé #8: la pauvreté – Ch. Robert, fondation Abbé Pierre

En 2017, la Ville de Limoges baissera de 73% son budget consacré à l’accueil en urgence des personnes démunies et à l’orientation du logement social.

Ce chiffre à lui seul en dit long sur ce qu’il faut penser des déclarations du maire « humaniste » de Limoges. On se rappelle aussi comment François Hollande considère les « sans-dents » ou comment Emmanuel Macron, quand il était ministre, a multiplié les déclarations témoignant de sa méconnaissance, voire de son mépris, des classes populaires.

Le mépris de classe envers les pauvres est une constante des libéraux qu’ils soient de droite ou de gauche; pour eux, la pauvreté est  d’abord la faute du pauvre d’où leur obsession à lutter contre les « assistés ». Quant à la droite non libérale, son souci des pauvres se résume le plus souvent -dans le meilleur des cas- à promouvoir la charité dans la tradition des dames patronnesses.

La France Insoumise se donne, elle, pour objectif d’en finir VRAIMENT avec la pauvreté en l’éradiquant  ( l’Avenir en commun pages 60-61); elle propose notamment de :

  • créer un Plan personnalisé contre la pauvreté (PPP)
  • créer un « garantie de dignité » en revalorisant les minima sociaux
  • restructurer les emprunts des ménages surendettés et garantir à tous l’accès aux services bancaires de base
  • atteindre l’objectif de zéro sans-abri
  • instaurer la gratuité de l’accès et des quantités d’eau, électricité et gaz indispensable à une vie digne
  • lutter contre le non recours aux droits sociaux et civiques par la simplification des démarches et critères

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.