Un os à ronger pour les habitants de Beaubreuil…

chienAinsi donc le Maire de Limoges a tranché: pas de réouverture de la piscine de Beaubreuil, pas non plus d’entrées gratuites à l’Aquapolis pour les habitant-es de Beaubreuil ce que pourtant son adjointe aux Sports, Mme Rozette, avait proposé lors de la réunion du jeudi 16 juillet lorsqu’elle avait reçu une délégation.

Non. Alors que le centre social du quartier, le B58, a été fermé, la piscine elle-aussi reste close. Le maire, qui se revendique -qui l’eût cru- du « gaullisme social », a décidé de mettre en place une navette gratuite pour Beaublanc, en semaine uniquement et selon un dispositif tellement complexe, rigide et inadapté aux besoins réels de la population que le résultat ne fait guère de doute. Pensez-donc: un départ à 14h15 de Beaubreuil et le retour à 18h30. On hésite: s’agit-il d’une ignorance « crade » de la réalité ou d’une mauvaise foi provocatrice  ?

Il a fallu plus de 15 jours à la mairie pour accoucher d’une telle mesure. Et croyez-vous que pendant ce temps elle a seulement pris le soin de demander aux habitant-es leur avis sur le dispositif et les horaires de la navette ? Que nenni… Manifestement on ne sait pas à la mairie de Limoges que généralement les enfants en bas âge, en été particulièrement, font une sieste en début d’après-midi. On aimerait aussi savoir si ceux qui ont décidé de ces horaires ont déjà essayé de garder 4 heures de suite de jeunes enfants à la piscine ?

Je veux saluer ici la résolution et la ténacité de ces citoyennes de Beaubreuil qui malgré tout tiennent bon: elles ont été reçues à l’agglo, ont saisi la Préfecture, le Président de la République (voir ici leur communiqué). Et je dois dire que j’ai eu plaisir à cet entretien croisé avec elles sur les ondes de Beaub’FM vendredi dernier. Quoi de plus légitime lorsque des citoyen-nes, qui font face à des problèmes de la cité, demandent à des élu-es d’opposition d’être à leur service dans leur opposition à des décisions prises par la majorité ? C’est même plutôt réconfortant en cette période où il est souvent de bon ton de se lamenter sur la passivité de nos concitoyens…

Et je souhaite vivement que l’appel lancé en fin d’émission pour un débat public contradictoire et radiodiffusé, réunissant dès la rentrée de septembre élu-es, institutions publiques, associations, citoyen-nes  sur l’avenir de ce quartier populaire soit entendu et que ce débat ait lieu !

A suivre donc…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.