«

»

Mar 19

Lilli malade de son CHU !

Lili est quinquagénaire.

Il lui est prescrit des petits examens « sauve ta vie ». Et Lili de vouloir les passer à l’hôpital par souci de contribuer à faire fonctionner le service public plutôt que d’engraisser les cliniques. A l’hôpital on est patient, à la clinique on est client. Mais, que dire, sinon que notre CHU est malade..
A l’accueil du service, personne pour aiguiller Lili, à l’heure le jour J, vers l’endroit des admissions. Une adorable aide-soignante l’a enfin guidée et elle s’est retrouvée dans une salle d’attente aux wc bouchés.
Des dossiers, faits deux fois, ont été vérifiés et il a été nécessaire à Lili de donner un consentement éclairé sur ce qu’elle allait subir. Lili s’est insurgée: elle était plutôt dans le noir… Le médecin prescripteur de l’examen avait été expéditivement laconique sur le sujet et le fameux consentement éclairé avait été omis du dossier que devait remplir Lili un mois avant. Puis ce fut la chambre. Peinture écaillée, placards aux portes rayées, chambre à deux lits, un wc pour 4. Le choc pour Lili. Elle eut le temps de détailler: entrée à 8h… opérée à 13 h. Le local d’opération est exigu. Les soignants y sont gênés dans leurs mouvements. Merveilleux soignants qui font des miracles dans des conditions de travail indécentes. Lili lors d’une attente couloir a vu le revêtement de mur arraché, les plafonds sales et, se trouvant face au local désinfection, eu particulièrement le temps de détailler l’appareil qui lui était destiné, préparé par un infirmier….

Elle est malade oui… mais de son hôpital et particulièrement de son service gastro-entérologie: jamais refait depuis la construction de l’hôpital en 1974. Le 6ème étage devait il être rapidement caca pour coller avec la spécialité du service ?

L’hôpital ne doit pas être un endroit où l’on fait de l’argent. Le point 65 de l’Avenir en commun, programme de la France Insoumise porté par Jean Luc Mélenchon apporte de réelles avancées en ce sens, particulièrement : « Reconstruire le service public hospitalier, revenir sur la tarification à l’acte, protéger la recherche de la finance« . Les élus locaux qui gèrent le CHU doivent  eux-aussi rendre des comptes.

Lili remercie encore les soignants et vous invite à les rejoindre sur le parvis du CHU mardi 21 mars pour les soutenir dans la grève qu’ils ont entamée. Certains d’entre eux ont démarré une grève de la faim également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>